Yaoundé: au pas de course

Des milliers d’élèves reprennent le chemin de l’école ce jour. Autorités, enseignants, parents, s’activent encore pour les derniers préparatifs.

Comme dans une course de formule 1, la grande communauté éducative nationale du primaire et secondaire (autorités, parents, enseignants, élèves, chefs d’établissements, syndicats) s’active depuis des semaines, à ne pas rater le départ. Celui du jour J de la rentrée scolaire. Une étape toujours décisive, si on veut voir son « véhicule » franchir en pole ou en bonne position la ligne d’arrivée. D’où la minutie mise sur les préparatifs, jusqu’à l’ultime seconde du démarrage ce jour.

Dans les différents centres commerciaux de Yaoundé, jusqu’à hier encore, parents et élèves se bousculaient. Qui pour acheter des livres, des cahiers, des tenues scolaires, des stylos… Tout ce week-end, non loin du marché central, dans un espace de vente de tenues scolaires, la salle était pleine à craquer. Les uns et les autres se marchaient pratiquement sur les pieds. La tension elle, était à son comble et l’air à peine respirable du fait de l’affluence. Chacun voulant être servi en premier pour s’extirper de ce « four ». A Mvog Mbi et à Mokolo, les librairies sont prises d’assaut. Pour ces parents et élèves, c’est une véritable course contre la montre. « J’essaie de faire le maximum pour que les enfants ne manquent pas de grand chose dès le jour de la rentrée scolaire. J’y tiens, même si je me donne jusqu’à la fin du mois pour boucler la rentrée », déclare un parent qui tout en se donnant un peu de temps, ne veut rien laisser au hasard. Un engouement qui se heurte à quelques difficultés, notamment l’absence de certains ouvrages sur le marché.

Côté établissements scolaires, les inscriptions se poursuivent sans problème particulier. Le personnel est en poste, les différentes commissions à l’instar de celle des recrutements vont rendre leurs copies dans les prochains jours. L’accueil des élèves n’est pas en reste. Ici et là, on ravale des façades, des ouvriers s’attèlent à refaire toitures, ouvertures et peintures pendant que des manœuvres se débarrassent des mauvaises herbes, taillent les fleurs et tondent les pelouses. Sous le regard attentif des chefs d’établissements qui tiennent à donner à leurs structures des visages avenants. Le tout, sous la supervision attentive et discrète des autorités, qui depuis, ont pris toutes les dispositions et tiennent à ce qu’aucun grain de sable ne vienne enrayer cette belle mécanique, dont la mise en route ne doit souffrir d’aucun raté. Elles savent, mieux que quiconque et toute la communauté éducative avec, que c’est le prix à payer, pour passer la ligne… en pôle position.

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>