Timbres fiscaux: attention aux faussaires !

Un communiqué du ministre des Finances rendu public lundi dernier rappelle aux usagers les points de vente officiels

 

De faux timbres fiscaux continuent d’être commercialisés dans certaines villes du pays, notamment à Yaoundé. Les principaux fraudeurs se trouvent être des démarcheurs écumant les abords des différentes administrations à la recherche de potentielles victimes. Adolphe-André Essono, 22 ans en est une. Cet étudiant à l’université de Yaoundé II avoue avoir été floué par ces faussaires du côté du palais de justice à Yaoundé. Il avait alors sollicité les services d’un démarcheur et lui avait remis deux dossiers avec la somme de 2000 F. Celui-ci lui avait assuré qu’il pouvait lui trouver des timbres de compostage en très peu de temps. Afin d’éviter les files d’attente, il dit avoir accepté. «Quelques instants plus tard, il m’a ramené les documents sans que je ne m’aperçoive de quelque chose », regrette Adolphe-André. Malheureusement ses deux dossiers on été rejetés quelques jours plus tard avec pour motif : « usage de faux ». Ce cas n’est pas isolé. De nombreux usagers expliquent avoir également été victimes et le phénomène prend de plus en plus de l’ampleur. Les fraudeurs, installés dans de pseudos bureaux,  possèdent de fausses machines leur servant à produire de faux timbres. Ils sont aidés par des intermédiaires, dont le rôle est de chasser les « proies » à l’extérieur. Bien qu’il soit difficile pour l’usager de reconnaître l’authentique du faux, un agent des impôts indique néanmoins avoir observé une fois sur 3 ou 5 timbres, le même numéro de série, ainsi que  les mêmes dates et heures précises. « Ce qui ne devrait pas être le cas », explique-t-il. De même, l’encre rouge émanant de ces machines a l’air plus épaisse, comparée à la couleur authentique.

L’activité de ces contrefacteurs explique sans doute le communiqué du ministre des Finances (Minfi) paru lundi dernier, rappelant au public « qu’en application de la législation fiscale en vigueur, les timbres fiscaux sont exclusivement vendus dans les recettes des impôts, les régies des recettes des impôts, les régies des recettes du timbre, les trésoreries générales, les recettes des finances et les perceptions ». A cet effet, il invite le public à être vigilant et à se présenter directement  dans les points de vente sus-indiqués et d’éviter de confier les documents à timbrer à des intermédiaires. Dans sa note, le Minfi indique également que  les services compétents de la Direction générale des Impôts restent disponibles pour toute réquisition aux fins d’authentification d’éventuels timbres sujets à caution. Tout en précisant que conformément à la règlementation en vigueur, les documents revêtus de faux timbres fiscaux seront systématiquement rejetés sans préjudice des poursuites pénales à l’encontre de leurs détenteurs.

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>