Syndicat : bicéphalisme chez des transporteurs


L’affaire a été portée au tribunal, et la première audience est prévue le 23 octobre prochain à Yaoundé. Le problème ? La présidence disputée de l’Organisation des Transporteurs terrestres du Cameroun (Ottc), syndicat dont la création remonte à décembre 2014, et dont deux camps revendiquent la paternité désormais. Selon des informations reçues par CT, la cérémonie d’installation d’un bureau régional de l’Ottc le 24 mai dernier à Douala par l’une des factions avait été interdite par l’administration, le sous-préfet de Douala 1er en l’occurrence. Pour « défaut de qualité du requérant et non respect des statuts et règlements du syndicat ». Une autre tentative, initiée le 29 septembre suivant, par la même faction, avait connu le même sort, cette fois parce que les tribunaux étaient déjà été saisis, notamment pour faux et usage de faux. Dans l’affaire, les accusations fusent, et les deux parties n’ayant pas pu parvenir à un arrangement, même mauvais, ce sera le procès. Au terme duquel la justice dira qui peut agir et parler au nom de l’Ottc.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.