Sawa Beach: discussions sur le site pilote

L’affectation d’une partie du terrain du port de Douala à ce méga-projet d’urbanisme débattue lundi.

Sawa Beach commencera par New Bonapriso. Ce projet géant d’aménagement de quartiers à destination multiple était à nouveau l’objet d’une concertation lundi à Douala. Moins vaste que le millier d’hectares envisagé au final, les 127 hectares de New Bonapriso se trouvent dans le domaine du port de Douala. Comment les affecter au Sawa Beach ? En les sortant du patrimoine du port ? En les convertissant comme éléments de capital ? Beaucoup de questions se posent mais avant de leur trouver des réponses définitives, le secrétaire général du ministère de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu), Ahmadou Sardaouna, qui présidait  la réunion, a indiqué les mesures urgentes qui s’imposent. 

La première est la délimitation matérielle de la zone sur l’initiative concertée des autorités administratives, municipales et déconcentrées (urbanisme, cadastre). Il s’agirait d’implanter des panneaux d’avertissement sur les lieux et de ne plus délivrer des autorisations d’y construire. Ainsi pourra-t-on éviter des installations nouvelles dans cette zone fort sollicitée, où le SG du Minhdu a demandé qu’occupants et autorités traditionnels expriment leurs réclamations éventuelles dans un esprit de progrès… Ces étapes précèderont la question importante du mode le plus adapté de démarcation et d’affectation de l’espace afin de garantir l’usage du foncier par Sawa Beach. Un rapport fourni par le groupe de travail ad hoc est incessamment attendu.

Ici, la clef de passage doit être bien pensée car elle déterminera décisivement la qualité et la facilité des travaux suivants. Une garantie de remboursement pour les 643 milliards de F d’investissements que requiert New Bonapriso et dont l’essentiel proviendra de partenariats publics-privés. Ce d’autant plus que le Port autonome de Douala, alerte son directeur général Cyrus Ngo’o, est à l’étroit et cherche lui-même des espaces nouveaux. Pour autant, a promis M. Ngo’o, « le PAD est disposé à collaborer et à apporter son expertise à ce projet apprécié de tous ». L’enjeu est en effet énorme pour Douala car Sawa Beach est une ville nouvelle (entre le port et l’aéroport) qui doit améliorer l’attractivité de la principale place d’activités économiques du Cameroun.

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>