Rumeurs de dissensions entre Ouattara et Soro: le démenti du gouvernement


Le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné a récusé hier l’existence d’un désaccord qui existerait entre le président de la République et le président de l’Assemblée nationale, de Côte d’Ivoire

Face à une rumeur persistante faisant état d’une rupture entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro, le gouvernement ivoirien est sorti de son silence pour démentir l’existence d’une dissension entre le président de la République de Côte d’Ivoire et celui de l’Assemblée nationale. Au sortir d’un conseil des ministres hier, son porte-parole, Bruno Kone a tenu non seulement à faire savoir qu’il n’y a pas de guerre entre les deux hommes, mais à rassurer l’opinion quant à la qualité de leurs rapports. «Il n’y a pas de raison qu’il y ait des dissensions entre lui (M. Soro) et le président de la République. En tout cas s’il y en a, cela ne viendra pas du président de la République. Il n’y a pas de guerre ouverte, il n’y a aucune raison qu’il y en ait. Le président de l’Assemblée nationale est membre du parti au pouvoir», a-t-il précisé.

Ce démenti intervient deux jours après l’arrestation et l’incarcération par la justice ivoirienne de Souleymane Kamaraté Koné. Le chef de protocole de Guillaume Soro est inculpé pour «complot contre l’Etat», après la découverte en mai dernier d’un important arsenal de guerre dans sa résidence de Bouaké lors de la mutinerie.  Communément appelé «Soul to Soul», ce dernier voit en son interpellation, la main cachée du président ivoirien. «C’est Alassane Ouattara (…) qui m’expédie en prison. Aujourd’hui, à cause de mon patron Guillaume Soro, je suis en prison. Ce n’est pas moi qu’on vise!», a-t-il affirmé.

Depuis plusieurs mois déjà, la presse ivoirienne n’a pas cessé de spéculer sur de profondes dissensions qui existeraient entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro. Les absences répétées de l’ancien chef des Forces nouvelles au troisième congrès du Rassemblement des républicains les 9 et 10 septembre derniers et au troisième anniversaire de l’appel de Daoukro le 17 septembre sont venues davantage renforcer cette idée.  De son côté, Guillaume Soro n’a toujours pas apporté sa version.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.