Partition du Cameroun: la Menoua dit non !


Le ministre Jean Pierre Fogui et les militants du Rdpc ont rappelé samedi leur soutien à l’unité nationale au cours d’un meeting à Dschang.

Prêcher par l’exemple comme le président Paul Biya. Tel a été le message partagé le samedi 7 octobre 2017 à la permanence du Rdpc à Dschang, à l’occasion du « meeting d’expression de l’attachement des militants Rdpc de la Menoua à la paix, à l’unité et à l’intégrité territoriale du Cameroun ». L’événement était organisé par la délégation permanente départementale du Rdpc dudit département. Jean Pierre Fogui, chef de cette délégation, rappelle que le chef de l’Etat qui maintient la porte ouverte au dialogue, a concrétisé les revendications des avocats anglophones. A cet effet, il énumère 17 mesures qui ont trouvé des solutions. « Ce sont nos frères et nous devons mettre en avant la paix, sans aucun mot déplacé ou de travers. Nous devons tous maintenir le dialogue et prioriser notre vivre ensemble », martèle le ministre délégué. L’orateur a, à cette occasion, dispensé un cours magistral sur l’histoire du Cameroun pour permettre à tous les militants présents de constater que l’unité du Cameroun a toujours prévalu au fil des générations.

Thomas Nguemo, président de la section Rdpc Menoua centre 1 insiste sur la nécessité de « dénoncer avec fermeté tout acte de désordre et de division du Cameroun d’où qu’il vienne,  et réaffirmer le soutien de la Menoua aux institutions républicaines ainsi qu’au chef de l’Etat Paul Biya qui les incarne ». Ce militant indique que les fils de la Menoua doivent « soutenir les sœurs et les frères des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest qui subissent les exactions des ennemis de la paix tout en invitant ces derniers à privilégier le dialogue pour la paix, ciment de notre vivre ensemble dont la promotion est dynamique. » Et Jean Pierre Fogui de conclure à l’endroit des frères des régions anglophones : « Il y a un temps pour appeler à une grève et un temps pour s’asseoir, constater que le gouvernement a accepté leurs revendications et faire un pas en avant. Parce que quand on dit négocier, ça veut dire donner et recevoir. Or lorsque vous regardez le bilan, le gouvernement a beaucoup donné».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.