Ngaoundéré: pourquoi protéger les noms commerciaux

Le ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, a sensibilisé lundi dernier  les opérateurs économiques sur la protection des noms commerciaux.

« Le nom commercial est un élément du fonds de commerce. A ce titre, il mérite d’être protégé. Son enregistrement est obligatoire ».  A l’ouverture de l’atelier consacré à cette problématique, le délégué régional du ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (MINMIDT) de l’Adamaoua,  a été clair. Yadji Gabriel déclinait ainsi l’importance et les enjeux de la protection des noms commerciaux.  

C’est la salle de réunion de la Chambre de commerce, d’Industrie, des Mines et de l’Artisanat, qui a abrité la concertation. Pour animer l’atelier, le délégué régional était entouré de Aboubakar Adamou, Luc Landry Mendzana et Fabian Bumah Lokombé,  trois responsables venus des services centraux du MINMIDT. Les opérateurs économiques ont été édifiés sur les conditions, les procédures d’enregistrement. Ils ont également été briefés sur la notion de propriété intellectuelle qui est composée de deux branches : la propriété industrielle qui relève de la compétence du MINMIDT et la propriété littéraire et artistique  gérée par le ministère des Arts et de la Culture. 

Les exposants ont montré le bien-fondé de la protection des inventions et des noms commerciaux. Depuis un moment, le MINMIDT accompagne les inventeurs dans la protection de leurs idées au niveau de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI). Le  nom commercial est un des éléments du fonds de commerce. A ce titre, il est un outil de visibilité et de transparence qui renforce la compétitivité entre les entreprises. Il contribue à l’amélioration du climat des affaires.

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>