Lionnes : objectif, victoire


Après un premier tour relativement facile, l’équipe du Cameroun de volley-ball a entamé face à l’Egypte une rencontre décisive et hautement symbolique. Parce que son issue conditionne la marche vers un sacre tant souhaité par le public camerounais depuis l’annonce de la tenue à Yaoundé du Championnat d’Afrique de volley-ball féminin. Une compétition dont l’Egypte a accueilli la première édition en 1976. Signe des temps ? Toujours est-il que la prestation des Lionnes est très attendue pour la suite de la compétition.

Il est évident qu’après ce premier tour, elles ne doivent s’attendre désormais à aucun cadeau. Car au fur et à mesure que le tournoi avance, les oppositions deviennent de plus en plus fortes. Ce sont des adversaires d’un tout autre calibre qu’il faudra affronter et vaincre pour espérer aller plus loin et triompher au finish. Parmi les équipes qui restent en course, figurent en bonne place la Tunisie, l’Egypte, le Sénégal et le Kenya. Impressionnante par sa régularité au plus haut niveau, cette dernière sélection pourrait se retrouver tôt ou tard sur le chemin des Lionnes. Les Kenyanes  ont en effet remporté neuf des dix-sept éditions du Championnat d’Afrique organisés jusqu’ici. Même si l’actuelle cuvée est jugée moins forte que les précédentes, elle n’en demeure pas moins redoutable. Une éventuelle confrontation n’est donc pas à exclure et les camerounaises doivent s’y préparer sur le plan physique et mental.

Sans vouloir minimiser pour autant d’autres adversaires, l’équipe du Cameroun semble assez bien armée pour remporter la mise. Fortes de la précieuse expérience engrangée lors des Jeux olympiques de 2016, les Lionnes du volley devraient logiquement s’imposer face à des adversaires moins aguerries. Histoire de confirmer et consolider leur première position au classement de la Fédération internationale. Mais gare à l’excès de suffisance ou au complexe de supériorité qui a failli leur coûter cher lors du précédent match face à l’Algérie. Loin de se laisser distraire par l’euphorie des victoires déjà engrangées, l’équipe doit rester mobilisée. Les joueuses qui ont surmonté  jusqu’ici la pression liée à l’enjeu et au soutien d’un public exigeant doivent se focaliser sur l’objectif final en restant concentrées jusqu’au bout. Le principal défi est connu : remporter pour la première fois le métal le plus précieux et mettre un terme à une domination sans partage du Kenya qui a remporté les trois dernières éditions du championnat continental.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.