L’Institut de formation de la CRTV se donne à voir


Le directeur général de l’entreprise était à Ekounou mercredi, dans le cadre des journées culturelles et portes ouvertes, en cours depuis le 15 octobre dernier.

Au quartier Ekounou à Yaoundé, l’Institut de formation et de conservation du patrimoine audiovisuel (IFCPA) de la Cameroon Radio and Television (CRTV) s’expose depuis le 15 octobre dernier à Yaoundé. Et mercredi, en dehors des curieux, des jeunes voulant se former aux métiers de l’audiovisuel, le campus a accueilli un hôte de marque : le directeur général de la CRTV. Dans une ambiance très décontractée, Charles Ndongo a indiqué. « C’est une volonté d’encourager l’élan qu’a pris cet institut depuis quelque temps. Notamment, depuis la nomination du Dr François-Marc Modzom à sa tête. Il y a un très grand dynamisme, beaucoup de créativité. Cela se traduit notamment par l’ouverture de nouvelles filières. Il y a déjà, par exemple, la filière dessins animés. J’invite les Camerounais, ceux qui sont à Yaoundé et même ailleurs à venir voir. Il y a de très belles choses pour encadrer notre jeunesse », a-t-il fait savoir, en présence de ses proches collaborateurs et du directeur délégué de l’IFCPA, Dr François-Marc Modzom.

Depuis samedi dernier, en effet, l’IFCPA a ouvert ses portes au grand public. Il paraît, selon des responsables que l’établissement créé en 1983, reste peu connu alors que l’offre de formation s’est diversifiée : 14 filières de formation en deux niveaux. « Nous avons deux types de formation. Les formations diplômantes pour les journalistes, animateurs, réalisateurs, techniciens de prise de vue, de sons monteurs, infographes. Et depuis 2015, nous formons des Camerounais capables de réaliser des desseins animés. Nous avons aussi des formations qualifiantes. Nous organisons des sessions de formation qui durent deux semaines ou un mois, sur des modules bien précis», explique Sosthème Fokam Kamga, chef de département des énseignements et de la recherche.  L’activité qui s’achève demain vendredi, vise à promouvoir l’IFCPA.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.