La Lékié dénonce une conspiration


Forces vives, élites et partis politiques se sont retrouvés samedi à Monatélé pour condamner les velléités sécessionnistes et en appeler à l’unité du pays.

La permanence du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) de la ville de Monatélé a fait son plein d’œuf samedi dernier. Une mobilisation justifiée par l’actualité de l’heure dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Et c’est Henri Eyebe Ayissi qui d’entrée de jeu sonnera la charge. «L’heure est grave. Ce qui se passe dans ces régions est inadmissible», dénoncera-t-il. Le ton ferme et le visage grave, le chef de la délégation du RDPC pour la Lékié condamnera ce qu’il a qualifié de «conspiration et de tentative de déstabilisation du Cameroun par des groupuscules d’individus». La délégation permanente régionale du RDPC pour le Centre, conduite par Pauline Irène Nguéné, en lieu et place de Jean-Bernard Ndongo Essomba, empêché, soulignera l’impérieuse nécessité de sauvegarder l’unité nationale et en appellera à une forte mobilisation de tous derrière le président Paul Biya.

Organisé sous la forme d’un forum républicain pour la paix, l’unité nationale, le respect des institutions politiques nationales et la consolidation du vouloir vivre-ensemble au Cameroun, cette rencontre a connu la participation des partis alliés. L’Union des populations du Cameroun (UPC) était conduite par le député Robert Bapooh Lipot, le Mouvement pour la défense de la République (MDR) de Dakolé Daïssala et l’Alliance pour la méritocratie et l’égalité des chances (AMEC) de Joachim Tabi Owono étaient également présents.  La section RDPC Bui I-B, Tatum, dans le Nord-Ouest y était représentée par sa présidente Adriana Wirndzem. Tandis que la section Mayo-Danay Est II dans l’Extrême-Nord était conduite par son président, Marcel Roudou. Fondarson Henry Ndiko, secrétaire général de l’Association des chefs traditionnels de Limbé dans le Sud-Ouest, a aussi effectué le déplacement de Monatélé. A l’occasion, tous ont délivré chacun un message condamnant ces velléités sécessionnistes et plaidé en faveur de la paix et du vivre-ensemble au Cameroun.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.