Kenya-Egypte: la tête du champion mise à prix


Les Egyptiennes espèrent bien créer l’exploit en éliminant le triple tenant du titre en demi-finale

 

Elles semblent imperturbables. Comme si la pression n’avait pas d’emprise sur elles.  Toujours décontractées et sûres d’elles, les Kenyanes marquent les esprits depuis le début du championnat d’Afrique de volleyball féminin à Yaoundé. Déterminées à conquérir un quatrième sacre consécutif, et donc le dixième dans cette compétition, les Malkia Strikers semblent jusqu’ici techniquement au-dessus de la mêlée. Dans le groupe B, le Kenya a réalisé un sans-faute avec quatre victoires en autant de sorties. Le tout sans lâcher le moindre set à ses adversaires. Il faut dire que l’expérience des filles de Japhet Mulana, dont certaines sont dans l’équipe depuis plusieurs années, constitue un atout de poids. A commencer par la capitaine Mercy Moim ou encore la défense solide offerte par des joueuses comme Edith Wisa et Brackcides Khadambi.

Alors, le chemin vers la finale est-il entièrement dégagé pour le Kenya ? Le penser serait faire insulte à l’Egypte, son adversaire en demi-finale ce vendredi. Les Egyptiennes ont perdu un seul match contre le Cameroun en phase de poule en faisant preuve de pugnacité même si à la fin, le physique et le mental ont fait défaut à l’équipe entraînée par Maged Mohamed. Mais lors de ses précédentes sorties, on a pu apprécier le travail à la réception et le bloc défensif compact de l’Egypte qui peuvent gêner leur adversaire en demi-finale. Vainqueur de la CAN en 1976, 1989 et 2003 (face au Kenya à Nairobi), l’Egypte rêve d’exploit, surtout qu’il y a la perspective d’une qualification pour les championnats du monde de la discipline en 2018. « L’Egypte a l’ambition de remporter ce championnat d’Afrique 2017 », martèle Abdelfattah Nahla Sameh, la capitaine. Et tant pis si ça s’annonce compliqué pour accéder à la finale de ce samedi.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.