Formation à l’étranger: plus de 700 dossiers examinés


C’était au cours de la 84e  session de la commission nationale des équivalences des diplômes hier à Yaoundé.

Plus de 700 dossiers déposés sur la table  des membres statutaires de la Commission nationale d’évaluation des formations dispensées à l’étranger (CNE) hier à Yaoundé. C’était dans le cadre des travaux de la 84e session de la CNE présidée par Wilfried Gapsa, secrétaire général par intérim du ministère de l’Enseignement supérieur.  Cette Commission qui regroupe les responsables du Minesup, des services du Premier ministre et autres départements ministériels a pour rôle de se prononcer également sur la reconnaissance des écoles étrangères dont les diplômes sont susceptibles de permettre aux étudiants d’intégrer la fonction publique camerounaise. Ici, un seul faux diplôme détecté, preuve que les adeptes du faux ont compris.

Pour la sous-commission technique (SCT) n°1, la nomenclature des diplômes porte sur les diplômes généraux en passant par le First Leaving School Certificate jusqu’au Doctorat/Ph.D.  Sur 417 dossiers à examiner, 16 viennent d’Afrique, cinq d’Amérique. Dans la sous-commission n°2, 200 dossiers à caractère professionnel à examiner contre un seul dans la SCT 3, un seul dossier a été envoyé par le ministère de la Fonction publique et de la réforma administrative. Ceci en vue de la mise en œuvre de procédure de reconnaissance d’une école étrangère avant l’intégration de l’usager. Pour réduire les délais de traitement des dossiers, prescription a été faite pour améliorer les procédures d’obtention des relatives à l’authenticité des diplômes obtenus à l’étranger. Comme proposition pour y parvenir, l’automatisation de la gestion des demandes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.