Extrême-Nord: on lutte contre la dégradation des écosystèmes

Les responsables nationaux à l’ouvrage

Maroua (Diamaré) – Après le lancement en janvier 2016 des activités du Programme de réhabilitation et de renforcement de la résilience des systèmes socio-écologiques du Bassin du Lac Tchad (PRESIBALT), la partie camerounaise a officiellement pris le relais le 22 septembre à Maroua à travers l’installation des responsables en charge d’animer cette structure. Une cérémonie présidée par Midiyawa Bakary, le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord. C’était en présence des responsables de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) dont le PRESIBALT est un organe d’exécution. En installant Albert Nguedam, le coordonnateur national et ses deux principaux collaborateurs, à savoir, le comptable et l’expert-gestion en ressources naturelles, le gouverneur leur a recommandé de travailler en synergie. « Votre équipe sera constamment évaluée par rapport aux résultats attendus », a averti le gouverneur Midjiyawa Bakary.

Ce programme est non seulement un puissant outil de lutte contre la dégradation de l’écosystème, mais aussi un levier du développement des populations camerounaises riveraines du Bassin du lac Tchad. En réalité, celles-ci devraient voir leurs conditions de vie améliorées durant les cinq années de vie du PRESIBALT. Il est attendu, la création de 50 000 emplois ruraux, la réalisation de 360 forages, la formation de 30 500 jeunes aux petits métiers, la création d’une Réserve de biosphère transfrontalière (RBT), et le classement du Lac Tchad en site du patrimoine mondial pour l’humanité.

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>