Est: Bertoua au rendez-vous


Le secrétaire d’Etat, Benoît Ndong Soumhet, l’a constaté en visitant une dizaine d’écoles hier

 

A 12h30 quand Benoît Ndong Soumhet, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education de base, finit sa visite de certaines écoles hier à Bertoua, un seul constat se dégage.  « Les cours ont réellement repris ce 4 septembre 2017 à Bertoua », note-t-il lui-même. Au centre-ville de Bertoua, dans la dizaine d’écoles maternelle ou primaires visitées, au passage du ministre, soit on en était aux révisions soit on avait déjà entamé avec des cours d’alphabet ou de calcul. A Mandjou, des apprenants camerounais et réfugiés centrafricains suivaient une leçon d’anglais à l’arrivée de Benoît Ndong Soumhet. Celui-ci en a profité aussi pour prendre connaissance des progrès réalisés sur le site de cette école publique dont deux salles de classe et un bureau du directeur ont été construits et rétrocédés à l’Etat par le Haut commissariat des nations unies aux réfugiés.

Dans une zone d’éducation prioritaire comme la région de l’Est, le membre du gouvernement ne s’est pas limité à observer le démarrage des enseignements ou encore seulement le pointage des effectifs présents. C’est donc l’occasion de prendre connaissance des préoccupations qui touchent ce secteur dans la région. A l’école publique inclusive de Tigaza par exemple, l’on est sensé accueillir également des enfants handicapés. « Mais l’absence de passage dédié à ces apprenants particuliers n’existe pas dans sur les bâtiments en étage construits », signale la directrice. A l’école publique d’application de Mokolo I, le sol, la toiture, les ouvertures… bref, « Il faut réhabiliter tout l’établissement», susurre-t-on. Du côté des privés, le secrétaire d’Etat demande par exemple au directeur de l’école privée à l’entrée de l’hôpital régional « de résoudre au plus vite le problème d’éclairage dans les salles de classe, sinon les yeux des enfants subiront des dommages ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.