Entrepreneuriat: le deuxième appel de Bordeaux

Le programme de résidence est de nouveau lancé et les dossiers de jeunes Camerounais sont attendus. 

Patrick Ehode. Un nom qui revient beaucoup en cette année 2016, avec le lancement de son application Vairified, offre de taxis sécurisés dans les villes de Douala et Yaoundé. Un nom aussi qui fait partie des premiers lauréats du programme de résidence entrepreneuriale Bordeaux-Afrique, dont la deuxième édition est lancée depuis le 6 octobre dernier. En même temps que la 5e du programme de parrainage des jeunes entrepreneurs. Ce lancement à la Chambre de Commerce, d’Industrie, des Mines et de l’Artisanat (Ccima) était, en effet, l’une des étapes au Cameroun de la visite de travail et de coopération de la délégation bordelaise conduite par Michel Vernejoul, conseiller délégué de Bordeaux-Métropole, en charge des Relations internationales et de la Coopération décentralisée.

Les prochains lauréats qui seront cinq (un de plus que lors de la première édition tenue entre mai et juin dernier) sont attendus à Bordeaux le 10 mars 2017. Pour l’initiateur de cette résidence entrepreneuriale, Pierre de Gaétan Njikam Mouliom, adjoint au maire de Bordeaux, en charge des partenariats avec l’Afrique subsaharienne, il s’agit « d’offrir une opportunité aux jeunes entrepreneurs bordelais et camerounais de pouvoir se désenclaver et de se développer dans un contexte de mondialisation. » Une coopération qui pourrait déboucher sur la création d’entreprises. Il a aussi annoncé dans le cadre de l’initiative, l’arrivée de jeunes entrepreneurs bordelais au Cameroun en janvier 2017. Dans la lignée du souhait de mutualisation économique souhaité par Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole. Et le choix de la capitale économique camerounaise trouve un écho dans les explications de Michel Vernejoul : « On s’est rendu compte des mêmes caractéristiques entre la métropole de Douala et Bordeaux Métropole, notamment la façade Atlantique.»

Les futurs gagnants donc de la résidence, dont les candidatures sont attendues à la Ccima, auront droit durant leur séjour en France à une formation, à des invitations aux manifestations bordelaises liées à l’entrepreneuriat, à des rencontres B to B. Sur ce dernier point, Patrick Ehode a surtout apprécié la possibilité de nouer des contacts concrets, qui sont déterminants pour le développement actuel de sa startup. Ce sera aussi l’occasion de découvrir le mode de pensée d’autres entrepreneurs africains, le Cameroun n’étant pas le seul pays du continent concerné.

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>