Enseignants : le privé mal loti


Point abordé par des syndicalistes mercredi, lors de la journée mondiale consacrée aux éducateurs.

Donat T., conducteur de moto, est sorti de l’Enieg en 2010. Pendant six ans, il a encadré des enfants d’une école primaire de la place. Cet enseignant a laissé tomber la craie  pour devenir moto-taximan. Après avoir longtemps attendu son intégration et l’amélioration des conditions de travail. Des cas similaires abondent et la 22e édition de la journée mondiale de l’Enseignant célébrée mercredi 5 octobre place de la Besseke à Douala a été l’occasion pour les syndicats d’enseignants de dénoncer ce fait. Ils relèvent que les enseignants du privé sont spécialement mal lotis. Salaire bas (en moyenne 50.000F), conditions de travail difficiles, contrats de travail inexistants, licenciements abusifs, etc. sont reprochés aux promoteurs d’établissements privés.

Pour Kouekeu Ngwabang, représentant de syndicat, l’enseignant doit être valorisé, suivant le thème retenu pour 2016 : « Valorisons les enseignants et les enseignantes, améliorons leur statut professionnel ». « Nous voulons faciliter la prise en charge des enseignants en cours d’intégration, plus de justice et d’équité dans la promotion à des postes de responsabilité », déclare-t-il, avant de poursuivre : « le gouvernement essaye déjà de faire quelque chose à travers les dernières décisions prises par le Minesec, mais il faut appuyer sur l’accélérateur  car l’éducation de qualité est fondamentale pour un Cameroun prospère ».

Le gouverneur du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, qui présidait la cérémonie, a promis de transmettre les doléances à qui de droit tout en demandant aux enseignants d’être des exemples pour les apprenants. La veille, une foire-exposition sur la valorisation du matériel didactique s’est tenue à l’esplanade de l’Enfance joyeuse du Cameroun sous la houlette d’Yvette Kombou, la régionale de l’Education de base. Toujours à la même occasion, le maire de Douala 1er, Jean-Jacques Lengue Malapa, a remis du matériel didactique et d’entretien à six écoles maternelles bilingues.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.