Education: honneur aux enseignants


La Journée mondiale qui se célèbre ce 5 octobre prône la liberté d’enseigner.

«Enseigner en liberté, autonomiser les enseignants ». C’est le thème choisi cette année par l’Unesco pour marquer la célébration de la journée mondiale spécifiquement dédiée aux gladiateurs de la craie. Un thème qui tombe bien pour le Cameroun, dont l’école et les enseignants traversent une saison particulière, depuis 2016, dans les régions du Sud-Ouest, Nord-Ouest et de l’Extrême Nord. C’est donc avec entrain que les enseignants et les ministres en charge du secteur de l’éducation se retrouveront ce jour au Palais des Sports de Yaoundé notamment, pour un grand meeting éducatif.

Ces assises seront l’occasion de débattre des conditions d’exercice de ce métier noble. Lors de l’adoption de l’Objectif de développement durable sur l’éducation (ODD n°4), l’autonomisation des enseignants a été définie par les Nations unies comme une priorité. Cela signifie qu’un enseignant doit pouvoir disposer d’une autonomie professionnelle, de la liberté et des outils lui permettant de garantir une éducation de qualité, ce qui nécessite de prendre en compte le contexte, les besoins et les attentes des élèves. Or les situations d’urgence, les conflits, l’insécurité, la montée de l’intolérance et des discriminations qui affectent de nombreux enseignants dans le pays, battent en brèche cette liberté.

La Journée mondiale des enseignants est célébrée chaque année à travers le monde, réunissant les gouvernements, les organisations bilatérales et multilatérales, les Ong, des représentants du secteur privé, les enseignants et les experts du domaine de l’enseignement. Avec l’adoption de l’ODD 4 sur l’éducation et de la cible spécifique dédiée aux enseignants, reconnaissant le rôle clé qu’ils jouent dans l’accomplissement de l’Agenda Éducation 2030, cette journée est devenue l’occasion de pointer les réalisations et de réfléchir aux moyens de s’attaquer aux défis qui subsistent dans la promotion de la profession enseignante, notamment la pénurie aiguë d’enseignants. En effet, selon l’Institut de statistique de l’UNESCO, le monde aura besoin de 69 millions d’enseignants pour parvenir à l’universalisation de l’enseignement primaire et secondaire d’ici à 2030.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.