Droits de l’Homme: bon rapport, meilleure mise en œuvre

Les Etats formés jusqu’à vendredi à Douala, à la rédaction des documents à remettre aux experts.

Atelier sous-régional de formation des formateurs sur la préparation des rapports aux organes de traités. C’est la dénomination de la session organisée depuis lundi 19 septembre 2016 par le Centre des Nations unies pour les droits de l’Homme et la démocratie en Afrique centrale. Assises qui prennent fin vendredi 23 à Douala. 

Il y est question de « renforcer les capacités des fonctionnaires des Etats sur le système de préparation des rapports aux organes de traités des droits de l’Homme des Nations unies », selon Ahowanou Agbessi, le directeur du Centre. Par organes de traités, il faut comprendre des comités d’experts indépendants, qui veillent à l’application des principaux traités internationaux des droits de l’Homme. 

Cet atelier s’adresse ainsi aux pays francophones, qui sont venus partager leurs expériences et aussi apprendre quelle est la meilleure façon pour eux de rédiger leurs rapports, de les présenter et de recevoir des recommandations d’experts afin qu’ils puissent tirer le plus d’avantages dans la mise en œuvre des conventions.

Cette session de formation est primordiale, de l’avis de Jean-Claude Awala Wodougue, procureur général près la Cour d’appel du Littoral. Pour le magistrat, la notion même des droits de l’Homme revêt un caractère nouveau, « parce qu’elle a toujours rencontré une attitude assez réfractaire des Etats.»

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>