Douala: affluence dans les salles de classe

Les premiers enseignements ont été dispensés  aux élèves des  établissements publics et privés de la ville.

Le nombre d’élèves présents hier, 4 septembre 2017 au matin, au lycée bilingue de Bonabéri en a étonné plus d’un. Ils étaient presque tous là pour ce premier jour de classe. Pour le proviseur Jean Kouny, c’est une surprise. D’habitude, il faut attendre une semaine, voire plus pour avoir l’effectif au complet. Après les cérémonies d’usage comme c’est le cas en début de chaque année scolaire, du moins le premier jour, les apprenants ont gagné les salles de classe afin de recevoir les premiers cours de la journée.

Martin Pasteur Minyem, enseignant de français, a pris contact avec les élèves de la classe de 4e 1. Première chose, présentation de l’emploi du temps, ensuite vérification du matériel didactique (cahiers exigés et livres au programme). Deuxième point, présentation des élèves ; on donne la possibilité à ceux-ci de se connaître. Troisième point, l’enseignant fait le « marketing » de sa matière.  Martin Pasteur Minyem a notamment parlé de l’importance du français.

La section bilingue de ce lycée n’était pas en reste : les élèves de Form I, II, III, classes visitées par l’équipe de CT, étaient studieux, écoutant attentivement les consignes pour un début d’année harmonieux. Une réunion était annoncée entre le chef d’établissement et les enseignants vacataires pour plus tard dans la journée.

« En début d’année, je donne les directives par rapport  à la tâche qui est la leur. Le lycée est grand et il ne faut pas faire n’importe quoi », a précisé le proviseur du lycée bilingue de Bonabéri.

Du côté du collège bilingue privé pilote de Kotto, les élèves nouveaux et anciens étaient également au rendez-vous. A 10h, 30 minutes avant la pause, Robert Mbock, enseignant de mathématiques, donnait le programme en classe de 5e. Chapitre 1 : « Comparaison des nombres décimaux relatifs ». Dans cette classe, plus de 30 élèves étaient présents. Peu avant, une évaluation diagnostique avait été faite, question de jauger le niveau des élèves. C’est un préalable dans cet établissement d’enseignement privé. Après deux mois de vacances, le train de la rentrée à Douala a bel et bien pris le départ.

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>