Des appuis aux districts de santé


A travers un don de matériel roulant et une restitution scientifique, l’Organisation mondiale de la santé s’engage dans le renforcement du système sanitaire national

 

Sept véhicules 4×4 pick up, huit motos-ambulances et quatre motos tout-terrain pour une valeur totale de 120 millions de F (hors taxes). Du matériel roulant offert par l’Organisation mondiale de la santé (Oms), à sept districts de santé de sept régions du Cameroun. La remise du don s’est effectuée le 5 octobre dernier à l’esplanade du ministère de la Santé publique. Un appui qui marque selon le Dr. Jean-Baptiste Roungou, représentant Oms-Cameroun, « la manifestation concrète de la stratégie bilatérale de coopération entre l’Oms et le Cameroun pour la période 2017-2020 ». Selon André Mama Fouda, Minsanté, « l’Oms va intervenir sur 10% des districts de santé. Le gouvernement avec d’autres partenaires soutiendront les autres districts de santé ». 

Plus tôt dans la salle des conférences du même département ministériel, les deux partenaires étaient réunis pour évoquer la question de la viabilisation du district de santé. A cet effet, le Minsanté a assisté à la présentation par l’Oms, de l’analyse situationnelle devant conduire à la mise en place prochaine des districts de santé pilote. En substance, la restitution a salué les efforts normatifs du gouvernement. A l’instar du document cadre et conceptuel du district de santé révisé en 2016. Pareillement, la gratuité de certains médicaments et la communication autour de divers programmes prioritaires de santé ont été relevées.

A l’inverse, le Dr Mbam Mbam, consultant Oms, a exposé les faiblesses du présent système de santé. « La ressource humaine est mal répartie, insuffisamment formée, outillée, guidée et supervisée en matière de gestion pour assurer. Elle est mal financée, rémunérée, voire démobilisée et dispose de peu d’équipements, de matériels, de médicaments pour bien fonctionner » a-t-il fustigé. Des faiblesses identifiées qui impliquent, selon le Minsanté, une stratégie opérationnelle à impulser dès la structure sanitaire de base. Car, l’autonomisation fonctionnelle et technique du district de santé passe nécessairement par des formations sanitaires viabilisées.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.