Coopération Cameroun-Banque mondiale: les projets évoluent bien


La directrice des opérations a fait le point sur les actions menées dans trois secteurs vendredi dernier à Yaoundé.  

Comme de tradition depuis qu’elle a pris fonction en tant que directrice des opérations de la Banque mondiale au Cameroun, Elisabeth Huybens s’est entretenue vendredi dernier avec la presse. C’était au siège de l’institution à Yaoundé. Pour l’occasion, trois sujets majeurs ont retenu l’attention : l’appui budgétaire au Cameroun, l’aide aux réfugiés et la situation de l’électricité.

Appui budgétaire : le deuxième décaissement attendu

A date, le Cameroun a déjà reçu environ 11 milliards de francs de la BM, en guise de première tranche de l’appui que l’institution a accepté d’apporter dans le cadre du programme avec le FMI. « La deuxième tranche est attendue d’ici septembre prochain, d’un montant de 52,6 milliards de F, et la dernière tranche (52,6 milliards de F), devrait être décaissée en 2019 », a indiqué Elisabeth Huybens. Mais la directrice des opérations souligne que ces enveloppes peuvent fluctuer en fonction de la disponibilité des fonds, mais surtout des besoins du pays. Sur la conduite des réformes nécessitant ces appuis des bailleurs de fonds, Elisabeth Huybens affirme que les actions menées par le Cameroun sont satisfaisantes. Notamment pour ce qui est de la politique du livre scolaire avec, dès la prochaine rentrée, un ouvrage par matière. Les nouveaux tarifs douaniers, le début du règlement de la dette de l’Etat vis-à-vis d’Eneo, l’accès aux médicaments, l’entretien routier, le recensement des fonctionnaires sont d’autres actions à saluer.

Aide aux réfugiés : 82 milliards à débloquer

Pour le compte de l’année budgétaire 2018 de la BM, lancée en juillet 2017, une fenêtre des financements IDA est spécialement dédiée aux pays accueillant beaucoup de réfugiés. Le Cameroun en faisant partie, une enveloppe de 156 millions de dollars (un peu plus de 82 milliards de F) lui est destinée, dont 130 millions sous forme de don. Ce financement étalé sur quatre à cinq ans servira à « rééquilibrer les appuis dans les zones concernées, pour aider les populations à mieux accueillir ces personnes », a expliqué Benjamin Burckhart, spécialiste principal en développement social à la BM.

Electricité : accélérer Nachtigal

Le principal projet qui retient l’attention est celui du barrage de Nachtigal amont. Pour la BM, il est urgent d’agir pour que ce projet démarre dans les meilleurs délais, car son ambition est de régler les problèmes énergétiques du Cameroun, vu son importance. Mais déjà, la BM met la bagatelle de 300 millions de dollars (environ 156 milliards de F) comme garantie.  Toutefois, de l’avis de ce partenaire au développement, l’accès et la qualité des services d’électricité laissent également à désirer. Notamment avec des pertes techniques et commerciales de l’ordre de 30% auxquelles il faut mettre fin.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *