Centrafrique: la Cour pénale spéciale a besoin de moyens


Au cours d’une sortie mercredi dernier, le ministre centrafricain de la Justice a lancé un appel à plus de moyens financiers en faveur de la Cour pénale spéciale (CPS) chargée d’instruire et de juger les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre commis dans le pays depuis 2003. «Il nous faut plus de moyens pour nous permettre d’avoir les premiers jugements dans un an et demi», a déclaré Flavien Mbata. D’après le garde des Sceaux centrafricain, les financements actuels de la CPS lui permettent de fonctionner pendant 14 mois seulement alors que son mandat court sur 5 ans. Créée en 2015, celle-ci tarde toujours à être opérationnelle malgré la nomination d’un procureur et de 25 juges.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.