Open International de golf du Cameroun: la succession de Nji ouverte

La 8e édition de la compétition remportée l’an dernier par le Camerounais, a été ouverte dimanche 30 avril à Yaoundé

 

60 golfeurs professionnels (23 Camerounais)  ont les yeux rivés sur « son » trophée. Lui aussi est en course. Presley Nji, vainqueur l’an dernier, de l’Open international de golf du Cameroun a remis son titre en jeu.  Il a entamé la 8e édition, lancée dimanche dernier à Yaoundé par le ministre des Sports et de l’Education physique. 160 golfeurs vont s’éprouver au parcours du Mont Fébé. Après les compétitions par équipes et celle des caddys, place aux professionnels. Dès ce matin, ils vont jouer en Stroke play (dans cette formule, le parcours s’accomplit en prenant en compte tous les coups joués et les pénalités du 1er au 18e trou) pendant quatre jours avec un Cut (un certain nombre de joueurs auront droit de poursuivre le tournoi avec une chance de le remporter) à la fin du deuxième tour.

Cette année, la Fédération camerounaise de golf a enregistré 37 golfeurs étrangers, dix de moins que l’an dernier dans la catégorie des professionnels (16 Nigérians, 6 Ivoiriens et Kenyans, 5 Ghanéens, 3 Sénégalais et 1 Zimbabwéen). Le Cameroun rassemble depuis un an, quelques ingrédients pour donner à ses compétiteurs des arguments pour surfer sur le green.  Les espoirs du pays reposent donc sur Presley Nji, Issa Nlareb et Désiré Elemba. Thomas Onambele, directeur technique national. « Nous avons participé à des compétitions, effectué des stages dans d’autres pays. D’ailleurs, Issa Nlareb  a remporté l’Open de Libreville 2016, Nji Presley était quatrième. Tous sortent d’un tournoi au Nigeria il y a dix jours où Nji était troisième. Issa a fait ses quatre circuits deuxième division européenne, il était en Egypte, au Maroc et en Espagne », détaille le DTN.  Quid de Désiré Ebela, un des ténors du circuit camerounais ? Il a terminé  son stage en France.  Au regard des résultats et de la qualité des joueurs, « nous sommes prêts à conserver notre titre. Tous ces joueurs se connaissent. Il y a une forte influence physique et psychologique qui se jouera », annonce Thomas Onambele. A côté des duels de « pros », 100 joueurs amateurs seront sur le green pour un titre aussi.

Transfert: Enganamouit en Chine

Selon la presse chinoise, Gaëlle Enganamouit va s’engager pour deux ans en Chine avec le champion en titre, Dalian Tianjin Quanjian Women’s FC, après de longues semaines de tractations. La Camerounaise quitte la Suède et le Fc Rosengard pour un contrat dont le montant avoisinerait les 200 millions de F. Si Enganamouit perd au change médiatiquement, elle devrait en tout cas profiter de ce nouvel eldorado qu’est devenue la Chine. De plus, le football féminin y est assez structuré. Le Ballon d’or africain 2015 retrouvera en tout cas à Dalian son successeur au palmarès puisque Asisat Oshoala vient également d’y déposer ses valises. La Nigériane, meilleure buteuse de la dernière CAN féminine, évoluait jusqu’alors à Arsenal Ladies.

Sporting Club:

Les médias portugais ont annoncé hier que le transfert de Clinton Njie de l’Olympique Marseille pour le Sporting CP de Lisbonne ne se fera plus. La visite médicale se serait mal déroulée selon les médias locaux.

Victoire à la CAN 1984 : la première sensation

La date du 18 mars 1984 restera à jamais gravée dans la mémoire collec- tive des Camerounais, qu’ils soient inconditionnels ou non du football. Ce jour-là, le Cameroun avait remporté son tout premier trophée continental, lors de la Coupe d’Afrique des nations en Côte d’Ivoire. Jamais auparavant, l’équipe nationale fanion ne s’était illustrée à un si haut niveau, si on excepte sa participation convaincante à la Coupe du monde de football, deux ans plus tôt en Espagne. On ne s’attardera pas sur les méandres de cette consécration en terre ivoirienne qui avait commencé dans la douleur avec la défaite du futur vainqueur lors du premier match face à l’Egypte (0-1) avant de tout renverser sur son passage par la suite. Le Togo, la Côte d’Ivoire et l’Algérie feront successivement les frais de cette rage de vaincre. Le clou de la compétition sera évidemment cette finale de haute facture disputée à Abidjan entre deux redoutables prédateurs. Face aux Green Eagles du Nigeria sous la houlette du duo Temile-Lawal, les Lions indomptables peuvent compter sur une génération exceptionnelle de joueurs comme Théophile Abega, Roger Milla, JosephAntoine Bell, Isaac Sinkot, Ernest Ebongué, Bonaventure Djonkep, etc. Le plus surprenant c’est la passion du devoir qui animait tous les acteurs. Et dire que la sérénité n’était pas totale, surtout après le remplacement de Thomas Nkono par J.A Bell dans les buts après les deux premiers matchs. Le triomphe final (3-1) va confirmer la suprématie des Camerounais à l’issue de ce match spectaculaire qui va ouvrir par la suite un long cycle de victoires, toutes aussi prestigieuses. Au moment de soulever le trophée tant convoité dans une enceinte en délire, le capitaine Abéga était sans doute loin de s’imaginer que l’ambiance festive qui régnait dans toute l’arène était communicative. Car à cet instant précis, à des milliers de kilomètres, des millions de Camerounais étaient entrés en transe, comme emportés par le tourbillon d’une passion contagieuse. Et dire que cette compétition a précédé d’une année l’introduction de la télévision au Cameroun. Autant dire que c’est à travers les ondes de la radio nationale que le public a vibré au rythme des exploits de l’équipe nationale. Avec une certaine dose d’imagination, les supporters pouvaient donc avoir l’illusion de vivre en direct les péripéties de la conquête, aidés en cela par le talent des reporters sportifs qui avaient l’art de faire partager l’émotion vécue sur place. En ces années triomphantes de la radio, les propos d’un reporter étaient presque une parole d’Evangile. Deux ans à peine après la Coupe du monde de 1982 où le Cameroun avait démontré son invincibilité, les bonnes nouvelles en provenance d’Abidjan ne pouvaient que flatter l’orgueil national et panser éventuellement quelques plaies. Du paysan dans le plus humble hameau au fonctionnaire en passant par l’ouvrier, l’élève, l’étudiant ou le débrouillard…personne n’avait été indifférent à ce premier titre continental. Le retour au pays va déclencher une nouvelle vague d’hystérie collective. Les enfants prodigues sont reçus avec tous les honneurs. Chacun tient à voir de ses propres yeux les héros du jour et leur nouvelle « fiancée » qu’ils exhibent avec fierté. C’est donc tout naturellement que le pays tout entier, avec en tête le chef de l’Etat, va réserver un accueil exceptionnellement chaleureux aux héros du jour désormais entrés nommément dans le cœur de tous. Première d’une série impressionnante, la CAN de 1984 répondait visiblement à une attente passablement longue. Elle est venue comme pour étancher une soif devenue intenable.

FIFA Women World Cup: Lionesses Intensify Training

TThe Indomitable Lionesses of Cameroon have intensified their training at the CAF Excellence Centre in Mbankomo near Yaounde ahead of the upcoming 2019 FIFA Women’s World Cup in France. After the first training camp that ended on February 27, 2019, the players are back to camp once more to fine-tune their skills.

For the second training camp the coach of the national women’s football team, Alain Defrasne Djeumfa has called up 30 players who are mostly playing in the local championship. The training camp which began on March 4, 2019 will run till March 17, 2019. Training takes place twice daily and the players and officials are leaving nothing to chance. The team is working out wining strategies in order to avoid any errors in this year’s FIFA Wo men’s World Cup in France.

While waiting for international friendlies, Coach Alain Djeumfa has opted to organise several training camps and friendly matches with some local football teams. In this light, the Lionesses played a 2-2 draw with boys of the ‘Academie Gilles Augustine Binya Football Training Centre’ based in Yaounde recently. The goals for the Indomitable Lionesses were scored by Michelle Akaba and Brenda Alaka.

The coach, Alain Djeumfa expressed sa tisfaction with the appropriation by the players of the techniques of the game, endurance and team spirit which reigns in the Lionesses den since the beginning of the training camp.

The 2019 FIFA Women World Cup will take place from June 7 to July 7, 2019 in France. Cameroon will play in Group E with Canada, Netherlands and New Zealand. In the last edition in 2015 in Canada, the Indomitable Lionesses of Cameroon reached the second round of the competition.