Nypofobo, vainqueur de la coupe de Taekwondo de l’ambassadeur de Corée

Le club a remporté le trophée général à l’issue d’une journée marquée par une vingtaine de combats.

L’art martial puise ses sources dans les profondeurs de la Corée. Samedi dernier, des férus et un public non-initié ont pris rendez-vous au palais des Congrès autour de la coupe de l’ambassadeur de Corée. Le public a vu des routiers, une équipe nationale de démonstration aguerrie et une équipe de Nypofobo Taekwondo Academy douée dans le Poomsae (combat réel contre des adversaires imaginaires). Le trophée général, lui, a été remporté par Nypofobo, vainqueur de deux des huit finales. LIM JAE-Hoon, ambassadeur de la République de Corée au Cameroun, rappelle que la journée a été organisée pour  la « promotion de la coopération sportive et culturelle entre le Cameroun et la Corée à l’occasion de la journée internationale de taekwondo célébrée le 4 septembre (hier). Nous avons collaboré avec le ministère des Sports et de l’Education physique et la Fédération camerounaise de taekwondo. C’est un symbole de la coopération entre les deux pays »,  explique LIM JAE-Hoon.  

Cette journée ne pouvait pas mieux tomber pour les pratiquants locaux en manque de compétitions. Médaillé d’or chez les -80 kg, Silvère Tamboue a eu du mal à battre en finale, Stéphane Mvondo. « Ce n’était pas évident. La preuve, le score était de  5-4. Je suis content de cette journée parce que nous avons peu de compétitions de cette envergure au Cameroun. Mais, nous travaillons encore avec des pointages manuels. Il faut qu’on utilise des placeurs électroniques lors des compétitions au Cameroun », pense le champion.

Eliminatoires CAN 2017: comme un match test

Hugo Broos compte sur cette dernière rencontre des qualifications pour évaluer des joueurs demain à Limbé face à la Gambie.

Un match test grandeur nature en l’absence des anciens. C’est ce à quoi doivent s’attendre les Lions indomptables. Samedi, ils affrontent en match retour comptant pour la dernière journée des qualifications de la CAN Gabon 2017, la Gambie dans le groupe M à Limbé (Sud-Ouest). Pour ce match, Hugo Broos, le sélectionneur des Lions le dit, il veut une équipe qui a de la vitesse, un collectif qui inscrit des buts et qui gagne. Il compte grappiller des places dans le classement de la Fédération internationale de football association (Fifa). Pour cela, tous auront le  même nombre de minutes de jeu, qu’importe le 11 de départ. 

Il y a bientôt un an, le 6 septembre 2015, Vincent Aboubakar  offrait la victoire à ses coéquipiers à l’Indépendance Stadium de Bakau à Banjul.  Le Cameroun, premier du groupe avec 11 points, affrontera une Gambie qui n’a que réussi à engranger deux points depuis le début de ces éliminatoires l’an dernier. Avec Benjamin Moukandjo, de retour de blessure et présent il y a un an, les Lions n’ont pas vraiment un attaquant sur qui compter. Le groupe est fait de joueurs en quête de temps de jeu en sélection A. En l’absence des leaders, Anatole Abang (BK Avarta, Danemark), Karl Toko Ekambi (Angers, France) et Ndip Tambe (Spartak Tmava, Slovaquie) notamment devront muscler une attaque qui n’a inscrit que cinq buts jusqu’ici. En plus,  prépare en même temps le match contre l’Algérie prévu le 3 octobre prochain et comptant pour la première journée des éliminatoires du Mondial 2018. « Je vais peut-être voir des joueurs qui vont me plaire pour ce match contre l’Algérie. J’essaie toujours de mettre les meilleurs sur le terrain », expliquait Hugo Broos face à la presse. 

La Gambie est quant à elle arrivée au Cameroun mercredi dernier par Douala. L’équipe a posé ses valises à Limbé dans la perspective de cet ultime match le sélectionneur Sang Ndong mise sur la bonne forme du gardien, Bebba Ceesa. Les Gambiens sont venus pour apprendre et ne rêvent pas de se qualifier. Ils sont aussi là pour gagner des points et un match nul ou une victoire sera la bienvenue.

Eliminatoires CAN 2017: quels Lions Samedi ?

Avec un effectif considérablement renouvelé, le sélectionneur national va forcément innover. 

En club, ils ne sont pas tout ce qu’il y a de plus impressionnant. Pas de grands noms, juste des joueurs qui arrivent à se faire remarquer par leur régularité en sélection A des Lions. Samedi, le Cameroun reçoit à Limbé, la Gambie lors de la dernière rencontre de poule des qualifications de la CAN, Gabon 2017. « Il y a beaucoup d’absences importantes. Nous faisons des efforts pour que les nouveaux se sentent bien au sein de la tanière (…) Le public camerounais est exigeant et c’est normal », tente de décrire Franck Kom, milieu de terrain sur www.camfoot.com. Mais, pour le sélectionneur Hugo Broos, « tout le monde aura sa chance, tout le monde aura le même nombre de minutes à jouer. On peut ne pas tenir compte des résultats sur le terrain, mais je préfère la victoire », annonce-t-il. En attendant, qui pour commencer ce  94e  match des  Lions indomptables lors des qualifications de de la CAN toutes éditions confondues ? Simulation du 11 type. 

Son nom sonne comme une évidence. Avec le FC Séville jusque l’an prochain, Fabrice Ondoa totalise 14 matchs avec les Lions. Il est le plus ancien des trois et sait être le patron. Pour l’accompagner en défense, Thierry Metomo, entraîneur de football, voit bien l’ancien capitaine des juniors, Adolphe Teikeu. « Son expérience internationale, sa régularité dans son club font de  lui le joueur plus compétitif de toute la défense. En plus, il sort de trois titularisations chez les Lions. Avec lui, on peut avoir Ngade Ndadjui ». Ambroise Oyongo jouera logiquement à gauche et à droite, « je ne serai pas surpris de voir Jonathan Ngwem, appelé à tous les regroupements pratiquement », ajoute Thierry Metomo. Le sélectionneur a souvent essayé le 4-3-3. L’on vogue assurément vers pareille tactique puisqu’il dit être là pour essayer. Du coup, un milieu à trois avec Franck Kom, Sébastien Siani et Edgar Salli serait plus « généreux. La vitesse étant l’arme, ces trois sont capables de donner plus de solution dans la récupération et la vie dans le jeu », analyse Thierry Metomo. En plus, il sait mener le jeu. « C’est d’ailleurs son ancien poste. Il utilise mieux le ballon et aime bien aller vers l’avant. Il est capable d’offrir dribbles et tirs quand il est bien dans sa tête », ajoute notre source.

Quid de l’attaque ? En l’absence de Choupo-Moting, Vincent Aboubakar, Clinton Njie… Benjamin Moukandjo peut être le guide. « Il va enfin retrouver son poste en club, il est l’avant-centre le plus expérimenté du groupe ». En plus de son ancienneté, il peut bien encadrer Toko Ekambi et Anatole Abang mis à l’épreuve contre l’Afrique du sud et la France notamment.  C’est le moment de « prouver au sélectionneur qu’ils méritent des places de titulaires. En attendant samedi, le groupe rallie Limbé jeudi avant la rencontre de samedi prochain.

Premier League: les coachs stars

L’arrivée de Mourinho, Guardiola et Conte promet encore plus de spectacle cette saison en changement d’Angleterre.

La Premier League en sera seulement à sa 4e journée ce week-end mais déjà le championnat le plus médiatisé du monde fait couler beaucoup d’encre. Ce n’est pas vraiment parce que Manchester United, Manchester City et Chelsea se tiennent tous les trois en tête du championnat avec neuf points chacun. Même si on n’avait plus vu ça depuis un moment. Mais il faut dire que le championnat anglais a de la gueule, cette saison, avec l’arrivée, à la tête des trois clubs les plus célèbres d’Angleterre, de nouveaux entraîneurs. Et pas n’importe qui puisqu’on parle quand même de ce qui se fait de mieux. Tenez, José Mourinho a repris les rênes de Manchester United. Son « ennemi », Pep Guardiola a quitté la Bavière pour le club rival, Manchester City tandis que l’Italien Antonio Conte a dit au revoir à la Squaddra Azzura après l’Euro pour venir au chevet de Chelsea. Et son style bouillant plaît déjà aux supporters. Il y a aussi, dans une moindre mesure, le plus discret Walter Mazzari à Watford.

Ce beau monde rejoint une Premier League déjà bien fournie avec l’Allemand Jürgen Klopp (Liverpool), Claudio Ranieri (Leicester) ou encore Mauricio Pochettino (Tottenham) et l’indéboulonnable Arsène Wenger (Arsenal). De quoi promettre une révolution dans le championnat anglais ? Il faut dire que jusqu’ici, le spectacle a toujours primé sur la tactique. Mais les choses vont certainement changer quand on connaît la personnalité des techniciens, et c’est déjà le cas malgré quelques tâtonnements de débuts de saison. Qui sait si ce beau monde ne finira pas par attirer les Messi, Ronaldo et autres stars, encore réticents à faire le pas. On a déjà eu un petit aperçu avec le retour de Paul Pogba à MU, où se trouve également désormais Zlatan Ibrahimovic. Une chose est certaine, les après-midis de week-end seront désormais encore plus animés.