Dancesport: New Season Kicks Off

Some 150 dancers from across the country took part in the opening of the 2018 sports season in Yaounde on Sunday February 25, 2018.

The auditorium of the Higher Institute of Youth and Sports in Yaounde was the venue of the launch of the 2018 sports season in Cameroon. Organised by the Cameroon Dancesport and Related Rhythms Federation, the competition brought together some 150 dancers from the different regional leagues in the country. The launch was preceded by a General Assembly of the federation which took place on Saturday in Yaounde.

During the meeting members adopted the plan of action of the federation for 2018. The athletes competed in the different sports disciplines in dance sports notably Cameroonian dances, modern societal dance, standard dance, Latin dance, hip hop and break dance, among others.

In the hip hop senior category Mebengo Charles of X-TRA dancing club was the first with 400 points. In the Standard Dance, Ngameni Ghislain and Libam Maria from Etienne DS Dancing Club were the best. In the Latin Dance Kandja Rolland and Libam Maria from Etienne DS Dance Club finished first. In the modern societal dance couple, Tiostsia William and Yami Michelle from Star Dancing Club were the champions.

In the men’s Mixttape Patrimoniales, the Ballet Dance Group of the University of Ngoundere was the best while in the women’s competition, the Ballet Dance Group of the University of Ngaoundere was the first.

The President of the Cameroon Dancesport and Related Rhythms Federation, Leandre Assila said the innovations this year are that there will be a three-day national championship which will end in September 2018 with the finals of the Cup of Cameroon.

Also, Cameroonian athletes will take part in international competitions. Leandre Assila said the Federation is working hard to ensure that Cameroonian athletes represent the country honourably in the international scene.

Regaining The Fame Of Yesteryears

This year’s race of hope brought about a metamorphosed atmosphere in Buea with greater animation compared to last year. Free from social media threats of last years, the city of Buea was much alive and conducive for the race with many thronging road junctions, sidewalks of the race track to cheer the athletes.

Animation

As testified by Mrs Grace Ewang of the cultural and animation committee and South West Regional Delegate of Culture, a total of 62 dance groups were invited to animate the city before and during the race last Saturday, 22 February, 2020. Race goers observed pomp and pageantry in the esplanade fronting the Molyko municipal stadium right down to “check point”. Benefitting from a close knitted security apparatus, athletes from some six countries including France, Zimbabwe, Kenya, Central African Republic, Niger, and Uganda, had no qualms doing the task of 42 kilometres up and down Mount Fako.

Participation                                                       

Nearby school students gave this year’s race a new pomp with their massive presence. The dance groups had to put in their best to harvest applauds of the young students who energetically cheered throughout the event. People were motivated to come out this year to watch the race due to a regained peaceful atmosphere in Buea. The participation of 16 foreign nationals among who four females added grace to the event. Some 288 senior category men hit the race path. 45 senior category women were registered. 48 junior runners in the category of boys, and 28 junior category girls participated. The eldest athlete, Tandah Titah Thomas, 82, registered alone in the category of 80 to 84 years meanwhile the youngest, Gabsibuin Philemon Rinwi, from the North West and born in June 2009 were on the starting block.  

Organisation

Most of the planning work was done in Yaounde as only one major working session was held in Buea known to the public. Complaints of shortage of water were voiced by athletes this time to the embarrassment of all. This reporter watched pathetically some runners stretching their hands to empty plastic containers of water at the old BICEC junction as they ran up.

Les Lions ont du soutien

Quelques Camerounais installés en Russie et une coalition africaine suivent l’équipe nationale

Ils sont plutôt passés inaperçus au milieu de la marée chilienne au stade du Spartak. Mais par moments, la centaine de supporters camerounais dans les tribunes pour le premier match des Lions indomptables, a réussi à se faire entendre. Des supporters composés en grande partie d’étudiants installés dans le pays de Vladimir Poutine, des responsables de la représentation diplomatique camerounaise, des membres de la délégation et de quelques téméraires. Moins d’une dizaine de fans ont en effet pris sur eux de faire le voyage pour la Russie, en provenance de pays voisins ou même du Cameroun directement, pour supporter leur équipe. C’est le cas de Daniel Ate, cadre dans une entreprise au Cameroun, « qui a pris ses congés pour vivre les matchs des Lions en direct ». Au total, ce sont près de 300 personnes qui ont reçu des Fan ID, l’accréditation désormais incontournable pour assister à une rencontre durant cette coupe des Confédérations. Du fait des coûts de déplacement élevés, la plupart attendent de débarquer à Saint-Pétersbourg le jour du match.

A côté, il y a la Coalition des supporters de l’Union africaine, composée de près d’une dizaine de membres issus de plusieurs pays et qui ont choisi de supporter le représentant africain, le suivant dans tous ses déplacements. Tout ce monde entend continuer à donner de la voix pour pousser le Cameroun à l’exploit en Russie.

Samuel Eto’o reste à Antalyaspor

Pas de Ligue 1 française pour Samuel Eto’o Fils. L’ancien capitaine des Lions indomptables va rester à Antalyaspor, club du championnat de football de Turquie. D’après l’entraîneur du club, Riza Calmbay, le sujet a été longuement revisité entre le Camerounais et les dirigeants. Ce dernier dit avoir eu un échange avec Samuel Eto’o. « J’ai dit à Eto’o : tu dois te décider, tu peux partir si tu veux.  Je veux dire qu’il n’est pas possible pour nous de garder, de retenir un joueur qui veut partir. Eto’o m’a répondu qu’il était très heureux ici et qu’il parlerait avec la direction », a-t-il expliqué. Après échanges, «  Eto’o a décidé de rester ici. Il ne peut pas partir après avoir dit ça à la direction. Il a encore un an et demi de contrat », poursuit l’entraîneur d’Antalyaspor.

Eding Sport: où est donc passé le coach ?

L’entraîneur du club champion du Cameroun est absent de son poste depuis samedi dernier, après la brouille avec le président .

Après près d’un mois de séparation, Eding Sport Fc de la Lékié a retrouvé le complexe sportif de la concorde de l’université de Yaoundé I. A notre arrivée ce mardi en milieu de matinée, les 35 joueurs présents ont formé un arc de cercle. Au centre de celui-ci se trouve le président du club, Saint Fabien Mvogo. A ses côtés, pas de trace du coach principal Anicet Foe Mbarga.

Par contre, Sébastien Bata Ntjam, Dayim Epiphanie (chargé de la préparation physique), Younoussa Bouba Oumourou (chargé des gardiens de but), adjoints de ce dernier sont présents pour assurer la direction de la séance matinale.

Après l’impérieux discours de solidarité dans un climat de saine concurrence, nous interrogeons le top management sur les raisons de l’absence (toujours inexpliquée depuis samedi dernier) de l’entraîneur principal. «Il a violé les consignes. Nous tenons des réunions tous les lundis.

Toutes les décisions qui y sont arrêtées doivent être respectées. Tel ne fut pas le cas, les deux semaines écoulées», confie Saint Fabien Mvogo. Une inconduite qui justifierait l’interférence dans les compétences techniques dévolues à l’entraîneur principal à une semaine du baptême inaugural en Ligue africaine des champions. «On avait arrêté que l’équipe probable soit alignée lors des derniers matchs amicaux du weekend dernier.

Je n’ai pas compris pourquoi certains joueurs, ne disposant pas de licence CAF étaient au stade. Face à As fortuna (match joué et perdu 0-2 ce dimanche), il était prévu de faire jouer les nouvelles recrues, les joueurs revenant de blessures et les internationaux de retour du CHAN», ajoute-t-il. À quatre jours de son premier match officiel de la saison face aux Nigérians de Plateau United, concernant l’encadrement technique, des mesures spéciales ont été prises.

«A titre conservatoire, il est suspendu jusqu’à ce qu’il donne toutes les explications pour nous édifier. Pour le match de dimanche, nous avons le meilleur des coaches : Djonkep Bonaventure (directeur technique du club, ndlr). Il est l’un des plus capés de notre championnat. Il va assumer avec les adjoints du coach principal», nous clarifie-t-il. CT a approché Anicet Foe Mbarga hier.

Tout en nous confirmant son absence aux séances d’entraînement d’hier, il n’a pas souhaité se prononcer sur sa version des faits. Encore moins sur la suite de sa relation contractuelle avec Eding Sport de la Lékié.