Catastrophes: il faut réduire les risques

Option évoquée jeudi à l’occasion de la journée internationale de prévention de ces drames.

Des jeunes de la commune de Douala 5e engagés dès la matinée de ce 13 octobre dans une campagne d’assainissement. « Ils curent les drains et extraient du lit des rivières ce que des gens y ont jeté par incivisme », a expliqué hier, à la Salle des fêtes d’Akwa, Jules Doret Ndongo, le ministre délégué auprès du Minatd, chargé des Collectivités territoriales décentralisées. Il venait de présider, au nom du ministre René Emmanuel Sadi, l’ouverture solennelle des activités marquant la célébration de la Journée internationale de prévention des catastrophes (Jipc), édition 2016. L’incivisme, véritable facteur aggravant du problème.

Il ressort des propos du Mindel/Minatd qu’une grande bataille doit être menée au niveau des mentalités, afin d’atteindre le but visé par le thème de la journée d’hier, « Réduire la mortalité due aux catastrophes ». Des dizaines de jeunes étaient ainsi présents à la cérémonie, cibles idéales des causeries éducatives prévues au nombre des activités liées à la Jipc. Il faut « partager, sensibiliser, former et éduquer », dira encore le ministre Ndongo. Afin d’inculquer dans les esprits aujourd’hui les attitudes et gestes qui sauveront demain. Lors d’une courte vidéo projetée avant les allocutions, le public présent a appris qu’au cours des 20 dernières années dans le monde, 1,3 million de personnes ont péri suite à des catastrophes.

Il faut donc que les acteurs locaux soient mieux outillés en matière de prévention des risques, et, particulièrement en ce qui concerne Douala, de prévention des inondations. Le pari est certes difficile, vu les mentalités qui se sont développées chez nombre d’habitants. D’autres actions spécifiques prévoyaient une mini-exposition des principaux acteurs et partenaires de la protection civile, des causeries avec des chefs de quartier et des responsables de marchés de la ville de Douala, de temps en temps victimes d’incendies. La capitale économique a également enregistré, ces derniers mois, des effondrements d’immeubles, entraînant des morts d’homme. Quand on ajoute à cela la quasi-récurrence des inondations, l’urgence de sensibiliser, d’amener au changement de mentalité salutaire, s’impose d’elle-même. Les activités courent jusqu’à demain, 15 octobre.

La cérémonie d’hier s’est déroulée en présence du Sg de la région, Ludovic Etienne Ngbwa, représentant le gouverneur, du préfet du Wouri, Naseri Paul Bea, du directeur de la Protection civile au Minatd, Mme Yap, de divers élus locaux et chefs traditionnels.

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>