Camair-Co: le plan de relance présenté aux sénateurs


Le ministre des Transports, accompagné du top management de la compagnie, a animé des échanges lundi au Sénat.

C’était une plénière spéciale, présidée par Marcel Niat Njifenfi, lundi au Sénat. Elle était consacrée aux échanges sur un sujet de grand intérêt qu’est le fonctionnement, mieux, le redécollage de la Camair-Co. La compagnie aérienne du Cameroun « qui bénéficie de toute l’attention du chef de l’Etat et dont la mission économique, politique et de souveraineté nationale est majeure », a noté Edgard Alain Mebe Ngo’o. Le ministre des Transports était assisté du ministre délégué Dr Mefiro Oumarou, par ailleurs président du conseil d’administration de la compagnie, et du directeur général, Ernest Dikoum.

Dans cette perspective, Camair-Co a été dotée d’un plan de relance grâce à l’accompagnement de Boeing, dont les grands axes, d’après le ministre Mebe Ngo’o, sont : l’apurement d’une dette de 35 milliards de F, l’injection de 60 milliards de F, dont la moitié est presque disponible, le redimensionnement du réseau, en l’élargissant à près de 23 destinations, la modernisation de la flotte avec le passage de cinq aéronefs à douze et la mise en place d’un plateau technique pour la maintenance des avions sur place. Sur la base de ces axes, Camair-Co, se réjouit le ministre des Transports, connait un redressement acceptable depuis quelques temps. D’abord, avec l’acquisition définitive de deux Boeings 737, la flotte de la compagnie est aujourd’hui dotée de cinq avions, dont le Dja et les deux MA 60. De plus, l’on a enregistré une amélioration signification au niveau de la desserte des destinations domestiques. Le taux hebdomadaire de vol est de 70 %, celui de la ponctualité, 76%. Pour s’en convaincre, Edgard Alain Mebe Ngo’o a fait constater que, lors du drame ferroviaire d’Eséka en octobre 2016 par exemple, Camair-Co avait effectué 32 vols et transportés 2 806 passagers. Et depuis trois mois, a indiqué le DG, Ernest Dikoum dans son exposé, la compagnie a enregistré 40 000 passagers pour une recette de plus de deux milliards de F.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *