Composition de la Commission nationale d’examen des demandes d’accès au bénéfice de l’aide publique à la Commmunication privée pour l’exercice 2018

Décision N°003/MINCOM/CAB/DMPP du 05 février 2018

Le ministre de la Communication, décide :

Article 1 : Sont et demeurant rapportées, les dispositions de la décision N°0119/MINCOM/CAB/DMPP du 07 mars 2017 constatant la composition de la Commission nationale d’examen des demandes d’accès au  bénéfice de l’aide publique à la Communication privée pour l’exercice 2017.

Article 2 : Est constatée ainsi qu’il suit, la Composition de la Commission nationale d’examen des demandes d’accès au bénéfice de l’aide publique à la Communication privée pour l’exercice budgétaire 2018.

Président : M. Issa Tchiroma Bakary, ministre de la Communication.

Secrétaire exécutif : M. Ngankak Kameni René  Kisito, directeur du développement des médias privés et de la publicité.

Rapporteur : M. Doumga, sous-directeur du développement des médias privés.

MEMBRES REPRESENTANT LES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES

Ministère des Postes et Télécommunications :

– M. Kalpele, directeur de la régulation et du contrôle des activités postales.

Le représentant du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

Ministère des Finances :

– Le représentant de la direction générale des Impôts.

– Le représentant de la direction générale du Budget.

Ministère du Tourisme :

– M. Epoune Serge Eric Alain, chef de la cellule de Communication.

Ministère de l’Enseignement supérieur :

– M. Mbia Jean Paul, chef de la cellule de Communication.

Ministère des Enseignements secondaires :

– M. Ikoula Luc Ernest, chef de la cellule de Communication.

Ministère du Travail et de la Sécurité sociale :

– M. Bougha Bertrand Didier, chef de la cellule de Communication.

Caisse nationale de Prévoyance sociale :

– M. Souaibou Bagoura, directeur technique.

MEMBRES REPRESENTANT LES PROFESSIONS

I–Organisations professionnelles des journalistes et éditeurs de journaux périodiques :

1- M. Nta à Bitang Jean, vice-président de l’Union des Journalistes du Cameroun (UJC) ;

2- M. Nzoh Ngandembou Zachee, président du « Newspaper Editors Association of Cameroon (NEPAC);

3- M. Essama Luc Marie Benjamin, représentant du président de l’Association Camerounaise des Editeurs de Presse (ECEP).

II – Entreprises privées de communication audiovisuelle :

1- Mme Ebobisse Annie Rose, directeur de « DYNAMIC FM » ;

2- M. Ngompemo André, directeur général de « INTERVILLAGES PRODUCTIONS » ;

3- M. Fondufe Bernard Fonlon, directeur général de « SPECTRUM TELEVISION » (STV).

III – Entreprises privées de presse cybernétique :

– M. Fandja Leonard, directeur général de « LES VISAGES D’AFRIQUE.COM »

IV – Imprimeries

– M. Tendong Nangwe Richard, directeur général de l’imprimerie CAMTEPH SARL.

V – Distributeurs de journaux et périodiques :

– M. Messouane Medjue Georges : président du Comité de gestion de la Société Coopérative pour l’Edition et la Distribution de la presse du Cameroun (CEDIPRESSE)

VI– Organisations professionnelles du secteur de la publicité :

1- Mme Barla Eyango Anne-Marie Georgette Alvine, directeur général de Mc CANN DOUALA.

2- M. Albert Osée Miambo Ndengue, directeur général de OPTI MEDIA.

VII– Organisations professionnelles et secteur de la Communication globale :

-M. Omboui Marc, président du groupe de recherches et d’édudes en communication (CLAP-GERCOM).

Article 3 : Les intéressés auront droit aux facilités de travail et pourront prétendre le cas échéant, au remboursement des fraits de transport engagés conformément à la réglementation en vigueur.

Article 4 : La présente décision sera communiquée partou où besoin sera.

Le ministre de la Communication

Urgences médicales : des médecins formés sur les situations de conflits

Le contexte s’y prête. Les médecins camerounais ont besoin de se former et de se préparer à travailler par temps de  conflits. C’était tout le sens de la Journée thématique de la Société camerounaise d’anesthésie et de réanimation et de médécine d’urgence (Scarmu) tenue le 23 juin dernier à la Faculté de médecine et des sciences biomédicales (Fmsb) à Yaoundé. Médecins anesthésistes et de réanimation, urgentistes, médecins légaux entre autres, sous la coordination du Pr Jacqueline Ze Minkande, présidente de la Scarmu et doyenne de la Fmsb, ont été formés sur le thème central : « Urgences et anesthésie réanimation en situation de conflits ». Une formation qui les édifiait sur plusieurs sous-thèmes. Notamment , l’anesthésie en situation de guerre, les blessures par balle, la réanimation sur place, le transport médicalisé. « Cette rencontre nous a permis de mieux appréhender les concepts de triage en situations difficiles, de connaître comment est faite la riposte à tous les niveaux décisionnels, de mieux intégrer les adaptations de l’anesthésie liée à la chirurgie de guerre ainsi que la prise en charge des urgences en zone de conflits », a expliqué Dr Ivan Ndongo, résident anesthésie et réanimation.  

Pour le Pr. Jacqueline Ze Minkande, cette journée a servi à la mise à niveau de ces professionnels de la santé. Ils sont préparés pour ne pas être surpris lors d’une catastrophe. « Notre pays fait face à un certain nombre de crises (…) et c’est ce qui justifie le thème de notre journée.  La catastrophe arrive toujours quand et où on ne l’attend pas. Notre rôle est donc de la prévenir par la formation de base et continue, le partage d’expériences vécues et la réalisation des simulations », a confié la présidente de la Scarmu.

Emergency Humanitarian Assistance : Buea Population Expresses Gratitude

Internally Displaced Persons (IDPs) living in Buea have expressed gratitude to the State of Cameroon for providing them with some basic household items. The huge consignment of goods distributed by staff of the Department of Civil Protection in the Ministry of Territorial Administration in collaboration with staff of Buea Subdivisional Office and Buea Council is the Emergency Humanitarian Assistance (EHA) for IDPs in the North West and South Regions. After receiving a blanket and other items, Ngomba Josephine was happy that she will be relief from the much cold that engulfed Buea this raining season. She prayed and thanked the state for remembering them at this difficult time. Atiatou Robert, displaced from Kwa-kwa and now lives in Buea while thanking the state for the items he received, indicated that they shall be of great help to him as he now has something to sleep on.

The first deliveries at the Divisional Office in Buea, consisted of 22 mattresses, 76 buckets, 39 blankets, 17 bags of rice (25kg) and nine cartons of soap. Under the watchful eyes of the First Assistant Divisional Officer for Buea, Ebot Margaret Tabi, the items were shared to 80 IDPs. 50 persons got a blanket each, a bucket and six tablets of soap. Then another 22 persons got a mattress and a bucket each. 15 persons each received one bag of rice (25kg) and 20 tablets of soap. Another set of two persons each returned home with a bag of rice (25kg), a blanket and six tablets of soap. The second ceremony at the Buea Council presided at by Mayor Ekema Patrick Esunge saw 200 IDPs received the EHA from the state. 100 persons each received a mattress, three tins of sardine and six toilet papers. Then 60 blankets went to 60 persons and they were added 10 tablets of soap, nine tins of sardine, two litres of vegetable oil and six toilet papers. 40 persons each had a bag of rice (25kg), four tablets of soap, three tins of sardine, a blanket, one litre of vegetable oil and six toilet papers. Then 10 IPDs each got a bag of rice (25kg), eight tablets of soap, seven tins of sardine, a blanket and six toilet papers. Ekema Patrick Esunge expressed gratitude to the Minister of Territorial Administration and the State of Cameroon for constantly providing for IDPs in Buea. The two separate distribution exercises were supervised by Tchuente Gilbert, Sub Director of Coordination and Intervention in the Department of Civil Protection.

Fête de la jeunesse: les préparatifs ont commencé

La première réunion y relative tenue le 11 janvier dernier a permis de dévoiler tout le programme.

Le lancement national de la fête de la Jeunesse édition 2018 aura lieu dans le département du Nkam, région du Littoral. Et ce sont les localités de Yabassi et de Yingui qui ont été retenues pour accueillir, respectivement les 4 et 5 février, le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique (Minjec), Mounouna Foutsou.

Lors de ce lancement, mouvements et associations des jeunes recevront des appuis substantiels dans divers domaines. Pour la journée du 5 février à Yingui, il est prévu l’inauguration d’une ferme pilote aquacole de 2e génération.

Les activités vont s’étaler sur 11 jours. La région du Littoral a mis sur pied un programme spécifique avec un accent sur l’insertion socioéconomique des jeunes. Mais également une campagne sur l’éduction civique et la santé.

Toujours pendant cette période, un forum de trois jours sur la participation des jeunes à la gestion et protection de l’environnement est prévu sous le thème « Quelles sources d’employabilité pour ces jeunes dans ce domaine dont on parle à l’international ».

En référence aux récentes assises internationales dont le thème était « Investir dans la jeunesse, les changements climatiques, la gestion et la protection », a expliqué le délégué régional du Minjec, Jacques Terrenstra Nang.

Autre forum, la foire des initiatives jeunes face aux entreprises. Il sera question ici des profils recherchés, de mettre les jeunes face aux entreprises (les 8 et 9 février à la salle des fêtes d’Akwa). La santé n’est pas en reste, tous les programmes de santé disponibles seront expliqués aux jeunes.

Pour terminer, des activités sportives et le grand défilé. Sur ce plan, il est désormais possible pour chaque arrondissement d’organiser trois à quatre défilés. Selon les directives du Minjec, le jeune le plus reculé doit sentir qu’il y a eu la fête de la jeunesse. C’est pourquoi, toutes les activités doivent être décentralisées.

Adamaoua : toutes les cinq requêtes rejetées

Le contentieux post-électoral vient d’être vidé dans la région de l’Adamaoua. Sur les cinq affaires inscrites au Tribunal administratif de Ngaoundéré au lendemain de la publication des résultats du double scrutin, aucune affaire n’a prospéré. Il s’agit notamment des recours introduits par l’Undp et les mandataires du Rdpc. Dans la commune de Kontcha, le mandataire du Rdpc, sa majesté Ibrahima Dewa, candidat tête de liste contestait les résultats des élections avec pour motifs et arguments avancés contre l’Undp : le non-respect des délais  de la campagne électorale et l’achat de la conscience des électeurs. Selon lui, cette attitude a émaillé l’authenticité du vote. Sa requête en annulation introduite tardivement devant le Tribunal administratif a été « jugé irrecevable pour insolvabilité de recours ». Dans la commune de Martap, le mandataire du Rdpc, Bouba Mohamadou demandait l’annulation totale du double scrutin. Le requérant accusait également l’Undp d’avoir acheté la conscience des électeurs et fraudé. Une accusation introduite sans preuve matérielle qui a conduit à la recevabilité de la requête mais  jugée «  non fondée ». 

L’Undp a subi le même sort pour avoir introduit sa requête au nom du parti à la place d’un mandataire tel que prescrit par la loi électorale. Il s’agit notamment dans les communes de Ngaoui et  Dir où elle a demandé l’annulation des opérations électorales. Et dans la commune de Ngan-ha, l’annulation des procès-verbaux des élections des conseillers municipaux dans les bureaux de vote de Mandjimi-a-berem A et à l’école publique de Mbang-Bouhari-A. D’après le collège des juges, l’Undp n’est pas un candidat, encore moins un électeur. Les deux requêtes ont été « jugées irrecevables pour défaut de qualité », selon les dispositions de l’article 194 alinéa 1 du Code électoral. Ces verdicts prononcés vont rassurer Elecam qui a été accusé dans de différentes affaires. « Le Tribunal administratif de Ngaoundéré a dit la loi. Ceci sonne comme une leçon à retenir : la souveraineté appartient aux électeurs. Les candidats aux élections doivent retenir que pour gagner une élection, il faut convaincre l’électorat », a rappelé Abdoullahi Boboé, délégué régional Elecam Adamaoua.