« Les étudiants sont satisfaits »

Quel bilan dressez-vous de votre partenariat avec l’IAI-Cameroun et l’IFTIC-Sup ?

La première année a été pour nous un succès. Les objectifs que nous nous étions fixés ont pu être atteints. C’està-dire réaliser tous les enseignements avec deux équipes pédagogiques de qualité, de pouvoir assurer notamment tous les modules et de permettre aux étudiants au cours de la première année d’augmenter en compétence. Les enseignements se sont déroulés tels que nous les avons planifiés avec une partie des enseignements qui devaient se faire par des professeurs et maîtres de conférences de Bourgogne qui devaient se déplacer à Yaoundé. Cela a été le cas et une autre partie des enseignements qui devaient se faire par des enseignants chercheurs des universités camerounaises. Globalement, l’équipe pédagogique de Dijon que je représente est entièrement satisfaite et les discussions que j’ai eues avec les collègues camerounais et nos partenaires l’IAI-Cameroun et l’IFTIC-Sup, l’information s’est bien déroulée. J’ai aussi eu pendant l’année un retour positif des étudiants qui sont satisfaits des enseignements qui se sont déroulés.

Quelles sont les débouchés du Master en sécurité des systèmes numériques ?

Aujourd’hui, nous sommes orientés vers la digitalisation de quasiment tous nos services. Lorsque vous vous connectez sur un site web, vous fournissez des données, vos photos de vacances ou les données de vos entreprises ne sont pas forcément hébergées sur votre ordinateur, mais elles le sont dans d’autres structures. Ces personnes que nous formons permettront à l’avenir de conseiller les entreprises soit sur les solutions de sécurité ou alors, elles seront-elles-mêmes dans des structures qui vont pouvoir stopper ces données pour pouvoir les sécuriser et quand on sécurise ces données, il faut au mieux garantir l’inviolabilité des données, éviter la perte des données en question et puis sécuriser les échanges qui seront de la structure qui stock de manière  à externaliser vers les terminaux des usagers. Pour ce qui est des débouchées d’emploi, les étudiants auront la possibilité d’avoir des responsabilités comme administrateurs système et réseau ou responsable d’audit, des systèmes d’information au sens large entre autres.

CAN 2019 : des victoires décisives !

Cinq jours après le démarrage de la compétition, trois matchs étaient très attendus lors de la deuxième journée dans les groupes A et C, dont deux affiches alléchantes. La première rencontre opposait le Nigeria à la Guinée au Stade d’Alexandrie. Avec comme objectif pour les Super Eagles de remporter une autre victoire, gage de qualification pour le second tour. L’appétit venant en mangeant, les trois précédents points engrangés au premier match face au Burundi ne pouvait être qu’un motif supplémentaire pour faire le break. Comme lors de leur première sortie, les Nigérians n’ont pas été particulièrement impressionnants face à des Guinéens que l’on croyait plus costauds avec un Naby Keita plus transparent que prévu.

Malgré quelques percées sporadiques de l’adversaire, c’est le Nigeria qui a dominé une seconde manche plus animée. Après de nombreuses tentatives infructueuses, comme cette belle frappe enroulée d’Iwobi à la 61e mn, c’est sur un corner de Moses Simon qu’Omeruo reprenait victorieusement de la tête au premier poteau à la 73è mn, scellant du coup un match indécis jusque-là.

Probablement piquée au vif par cette victoire, l’Egypte entendait faire de son deuxième match face à la RDC une démonstration de force, consciente de la nécessité d’une autre victoire pour se projeter plus loin. Pour l’adversaire en revanche, l’enjeu était tout autre : éviter une autre défaite et pourquoi ne pas, remporter la mise. L’Egypte a mieux maitrisé son sujet en marquant deux buts en première manche, dont celui de Mohamed Salah qui ouvre ainsi son compteur. Certains observateurs ont du mal à comprendre la tactique adoptée par Florent Ibenge, le coach congolais, qui a délibérément choisi de faire évoluer son équipe très bas alors qu’elle avait les moyens de se porter vers l’avant et faire la décision. En optant pour une prudence excessive, il aura contribué au naufrage d’une sélection désormais sur la porte de sortie avec deux défaites dont une devant l’Ouganda. A contrario, avec déjà 4 points au compteur après le match nul (1-1) face au Zimbabwe, les Grues ont  fait jusqu’ici bonne impression

Un bâtisseur s’en va

Mgr Jean Marie Benoît Bala a été pendant 30 années au service de l’église catholique

Lorsqu’il a été ordonné prêtre le 20 juin 1987 par Mgr Jean Zoa, Jean Marie Benoît Bala, avait placé son ministère sous le signe de la fraternité et de l’amour des chrétiens. Après 30 ans de service au sein de l’église catholique, les différents témoignages laissent croire que c’est une mission accomplie. A la paroisse Baptême de Jésus St Ambroise de la Cité verte à Yaoundé, où il a exercé en 1989, comme premier curé, c’est l’image d’un bâtisseur qu’il a laissée. « Lorsque Mgr a commencé à officier ici, il n’y avait pas de chapelle, c’est sous un manguier qu’il édifiait les fidèles sur la parole de Dieu. Il a pratiquement fait du porte-à-porte pour inviter les fidèles à le rejoindre. Puis il a commencé à encourager les croyants à la construction de l’église. En partant, il nous a laissé son esprit de bâtisseur et de fraternité qui l’animait. C’est ainsi que nous avons construit notre chapelle », affirme Marie Nga, fidele. C’est le même témoignage chez les chrétiens de la paroisse de Dzong-Melen et au petit séminaire de Mvolyé où il a été recteur.

C’est le 10 mai 1959 à Oveng, dans le département de la Mefou-Akono, région du Centre que Jean Marie Benoît Bala a vu le jour. Après des études primaires sanctionnées par l’obtention du CEPE, il entre au petit-séminaire et, son baccalauréat en poche, il est admis au grand séminaire Notre-Dame de l’immaculée conception de Nkolbisson, à Yaoundé. Il est ordonné prêtre le 20 juin 1987, à 28 ans. Commence alors une carrière sacerdotale qui le verra, vicaire, curé, aumônier diocésain des écoles, vice-procurateur diocésain, supérieur du petit séminaire de Yaoundé, aumônier de la congrégation des filles de Marie, et professeur au grand séminaire de Nkolbisson.

En plus des études en philosophie et en théologie au grand séminaire de Nkolbisson, il était titulaire d’un diplôme en sciences sociales et en gestion obtenu à l’Institut catholique de Yaoundé. Le 15 avril 2003, son destin bascule. Il est nommé nouvel évêque de Bafia en remplacement de Mgr Athanase Bala atteint par la limite d’âge. Il y passera 14 ans jusqu’à son décès la semaine dernière.

Can Total 2019: Fin de la mission d’inspection

Les experts de la CAF et du cabinet Roland Berger ont tenu une séance de restitution avec le Cocan.

C’est par une réunion de restitution que la mission d’inspection de la Confédération africaine de football (Caf) s’est achevée vendredi dernier. La salle de conférences du stade Omnisports Amadou Ahidjo a été réquisitionnée à cet effet.

Outre les membres de la délégation mixte Caf et cabinet Roland Berger, il y avait également le ministre des Sports et de l’Education physique, Bidoung Mkpatt, par ailleurs président du comité local d’organisation (Cocan), le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football, Me Dieudonné Happi et les principaux membres du comité local d’organisation de la Can Cameroun 2019. Elle s’est tenue à huis clos.

Pendant une semaine, les membres de la Confédération africaine de football et les experts du Cabinet Roland Berger ont sillonné les six sites retenus pour la compétition. Ils se sont divisés en deux groupes. L’un, dirigé par Ismail Wally, le chef de mission de la CAF, a mis l’accent sur les infrastructures sportives.

Et l’autre, chapeauté par Paloma Pardinelle du cabinet Roland Berger, s’est appesanti sur les infrastructures aéroportuaires et les hôtels. Lors de ces descentes sur le terrain, la mission étai accompagnée par le directeur du tournoi et de son adjoint, les présidents de certaines commissions ; sans oublier les présidents de comités de site et leurs membres.

De source digne de foi, le rapport de la mission d’inspection sera présenté à l’assemblée générale ordinaire de la Caf le 2 février 2018 au Maroc, en marge de la 5e édition du Championnat d’Afrique de football (Chan). Les principales observations du Bureau exécutif de la Caf seront mises à la disposition du Cocan Cameroun 2019.

Toutefois, des indiscrétions, il ressort que ce qui est acquis doit être consolidé jusqu’au début du tournoi. Tandis que les travaux doivent s’accélérer dans la construction ou la réhabilitation des infrastructures retenues pour que le délai de livraison de décembre 2018 soit respecté. Après cette première visite, d’autres suivront. Ni la date, ni la périodicité n’ont encore été communiquées.

2020 U17 Women’s World Cup Qualifiers : Lionesses En Route To Sao Tome

The national women’s U17 team is on their way to Sao Tome where they will play against the women’s U17 team of Sao Tome and Principe in the away leg qualifier for the 2020 U17 Women’s World Cup. The team leaves the country today, February 28, 2020 via the Nsimalen International Airport onboard a special Camair Co flight. On board the flight will be 18 players and members of the technical staff. 

Prior to their departure, the U17 Lionesses had intensive training at the CAF Excellence Centre in Mbankomo near Yaounde. During the training, the players and the technical staff worked out winning strategies in order to ensure an honourable performance. As part of their training, the team played several friendly matches with teams from football training centres in the country. The U17 Lionesses will play against Sao Tome and Principe on Sunday, March 1, 2020 at the Estadio Nacional 12 de Julho, Sao Tome. Coach Stéphane Ndzana Ngono will be counting on talents like Brenda Tabe who is in top form and has 16 goals to her credit this season, Tsogo Eteme Xaverie and Wabeua Doly Diane, among others. 

The Head coach, Stéphane Ndzana said the objective of the team is to win the away leg in Sao Tome and secure better chances for the rest of the competition. “I am travelling to Sao Tome. I have to bring back good result before the return leg,” he said. The return leg will be played on March 10, 2020 at the Yaounde Omnisports Stadium.

Only players born on or after January 1, 2003, are eligible to compete in the tournament. Three teams will qualify to represent Africa in competition. Cameroon, Ghana, Nigeria and South Africa were exempted from the preliminary round of qualifiers. The 7th edition of the FIFA U17 women’s world cup will take place in India from November 2 to 21, 2020.