Artisanat: La filière « peaux » prend corps

A travers une association dont les membres ont été installés mercredi par le secrétaire général de la région.

De nombreux Camerounais trouvent emploi et revenus dans le secteur des peaux et cuirs. Selon des données du Minepat, par an, 20.335 peaux et 85.528 objets de cuir sont produits et commercialisés par an. En d’autres termes, 10.000 paires de chaussures, 4000 sacs et 3000 accessoires de mode. Pour un chiffre d’affaires global de 325 millions F.

Mais l’activité connaît des difficultés. Notamment, une faible capacité infrastructurelle et structurelle marquée par l’absence d’une usine de tannerie et de fabrique de chaussures, d’ateliers de fabrication des produits en cuir. En outre, le matériel utilisé est parfois rudimentaire.

Pour accompagner le gouvernement qui a décidé de relancer la filière, des artisans et opérateurs du secteur « peaux et cuirs » se sont réunis en avril dernier à la délégation régionale du Minepat pour créer l’Association régionale des Artisans et Opérateurs de la filière Peaux et Cuirs  du Littoral  (Arao-FPCLT) dont les membres ont été installés ce 21 septembre à la Chambre de Commerce, d’Industrie, des Mines et de l’Artisanat du Cameroun.

La cérémonie était présidée par le Sg des services du gouverneur, Ludovic Etienne Ngbwa. Pour Jacqueline Tientcheu, présidente de l’association, « l’objectif c’est de sortir l’artisanat de l’informel. C’est également la reconnaissance par l’Etat de la contribution des artisans dans le produit intérieur brut (Pib) du pays ».  Elle conclut : « En même temps, on nous met au défi de prouver ce que nous pouvons faire avec l’accompagnement des pouvoirs publics. Notre activité va prendre une autre dimension ».

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>