Amélioration du système éducatif: le dialogue reste ouvert


Le Comité interministériel créé par arrêté du Premier ministre, chef du gouvernement en décembre 2016, a  tenu sa 4e session hier à Yaoundé

Les travaux se sont tenus à huis-clos hier dans la salle de conférence du ministère de l’Enseignement supérieur. Mais ce qu’on peut relever, c’est la présence des trois membres du gouvernement du secteur de l’enseignement, sous la tutelle desquels est placé le Comité interministériel créé par le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang. Il s’agit du ministre de l’Enseignement supérieur, le Pr Jacques Fame Ndongo, de celui des Enseignements secondaires, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, et Mme Youssouf Adidja Alim de l’Education de base. Plusieurs syndicats nationaux des enseignants des différents paliers et des deux sous-systèmes de l’enseignement (francophone et angolphone), experts invités, se sont également mobilisés pour prendre part à cette rencontre.

Au sortir des assises, le Pr. Hubert Mono Ndjana, participant, a fait remarquer qu’au fil des commissions, « les problèmes deviennent de moins en moins épais ». En clair, des échanges et débats engagés avec franchise et profondeur « avancent plus ou moins vers une solution concertée ». Toutefois, le philosophe note une « maximalisation de certaines positions. Une radicalisation qui ne devrait pas être acceptable, parce qu’on fait de l’amalgame entre les problèmes de droit commun et les problèmes pédagogiques et techniques ». Au cours de la 4e session, il a été question de débattre des questions techniques qui engagent tous les deux sous-systèmes de l’enseignement au Cameroun. « On ne passe pas la journée pour discuter de Bamenda, mais de la situation de l’enseignement en général. Bien entendu, nous sommes préoccupés par ce qui se passe dans la zone anglophone. Mais cette rencontre est prise comme prétexte pour approfondir les débats», a souligné le Pr. Mono Ndjana.

Réactions 

Pr. Hubert Mono Ndjana: « On ne doit pas prendre les enfants en otage »

 Universitaire, participant.

« Nous profitons de ces assises pour résoudre les problèmes plus généraux. C’est d’ailleurs pour cela qu’il y aura un grand forum national,  avec des foras régionaux qui seront organisés plus tôt. Nous nous penchons sur les grandes questions techniques pouvant améliorer les conditions de l’enseignement en général. Pour la situation en zone anglophone, elle est en voie de résolution. Nous demandons simplement aux enseignants anglophones d’être raisonnables. C’est-à-dire qu’ils ne doivent pas prendre les enfants en otage. Ils n’ont rien fait pour mériter cela ».

Daniel Ojong: “The Bishops Were Frank”

Président of the National Trade Union for Public Contract Teachers of Cameroon.

“So many things came up that will improve the working conditions of teachers. What we are asking government is to put into application decisions arrived at. We are preparing for the National Educational Forum.  In the course of the deliberations we were fortunate to have the presence of Archbishop of Bamenda and the Bishops of Kumbo and Mamfe. They were frank in their presentations as they presented the situation in the North West and South West Regions where schools have not yet resumed. They proposed to government to be open and said they were ready to give their services as mediators between government and the striking teachers’ trade unions.”

 Charles René Koung: « Les choses avancent »

Président du Syndicat national des instituteurs contractuels et maîtres de parents

« Les instituteurs contractuels et maîtres de parents attendent beaucoup de ce Comité. Pour le moment, nous avons reçu quelques garanties que les solutions seront apportées à notre dossier, à savoir l’intégration des enseignants contractuels. Notamment, pour ce qui est du communiqué du Premier ministre, chef du gouvernement du 02 décembre 2016, qui demandait l’intégration des instituteurs-contractuels de la vague 2005-2006. Nous avons eu l’assurance que les choses avancent. Par ailleurs, nous avons posé le problème des instituteurs contractuels de 2007 qui ont atteint 10 ans cette année. Ils ont également besoin d’être intégrés ».

Nguemhe Joseph: “We Discussed Security”

Trade Union leader of GBAS

“We were honoured by the presence of bishops who presented the situation in the North West and South West Regions where schools have not been going on and their efforts to reconcile government and the striking teachers. We also discussed the imminent holding of the Forum on Education.  Another issue we discussed was of the security of trade union leaders who are hiding. The bishops told us that we should manage to make sure that calm returns to the North West and South West Regions for schools to resume.”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *