Adamaoua: Mgr Yves Plumey, 25 ans après

Ngaoundéré (Vina) – L’émotion était vive sur les visages des « pèlerins » à la maison de Mgr Yves Plumey sise au petit séminaire de Ngaoundéré. C’était mardi, 30 août dernier. Les visiteurs, à cette occasion, ont pu se recueillir dans cette maison où l’évêque en retraite a vécu ses derniers instants. Lors des autres manifestations marquant les 25 années qui ont précédé la disparition de l’homme de Dieu, on a pu découvrir l’attachement que chrétiens, musulmans, hommes politiques et pratiquants des religions traditionnelles lui témoignent encore. 

Message fort, le lamido de Ngaoundéré était là durant les manifestations jusqu’à la messe commémorative dans l’enceinte de la Cathédrale Notre Dame des Apôtres de Ngaoundéré. Comme lui, toutes les composantes sociales ont pris part durant une semaine à une marche de la paix, conférence, prières, concerts de musiques religieuses, messes et une journée portes ouvertes au Centre Yves Plumey. Troisième d’une fratrie de quatre enfants, Mgr Yves Plumey a vite emprunté le chemin de la foi chrétienne. Il prend goût à la prêtrise, une fois au Collège François-Xavier, en France, tenu par des Jésuites. 

Aussitôt, les portes du noviciat des Oblats lui sont ouvertes, à 17 ans, en 1930. Il sera ordonné prêtre le 29 juin 1937. Suivra en 1946, la vie de missionnaire. Chef de la mission d’évangélisation du Nord-Cameroun, il commence avec une équipe de 14 oblats. Le jeune prêtre est frappé à son arrivée par une scolarisation faible de 7%. Il pose son premier acte dans ce sens avec une école primaire qu’il crée. Plus tard, ce fut le collège de Mazenod. Objectif : offrir une formation de qualité pour l’élite de demain. Son œuvre s’est prolongée au travers des séminaires qu’il a créés pour continuer son œuvre missionnaire.

0 Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>